Dernière mise à jour: 15.11.19

 

Améliorer la qualité sonore d’un instrument à cordes, c’est le rêve de tous les musiciens. Certains vont même jusqu’à investir dans des équipements onéreux pour y parvenir. Pourtant, il existe des solutions beaucoup plus pratiques et moins onéreuses. C’est ce que nous allons aborder dans cet article.

 

Perte de son : quelles sont les causes ?

La perte sonore peut être due à plusieurs facteurs. En général, les saisons, l’âge de la corde, le voyage et la touche sont les principales causes de diminution du volume sonore d’un instrument à cordes. Effectivement, même un bon violon conçu par la plus grande marque sur le commerce peut être affecté par une variation soudaine du taux d’humidité, par une inclinaison de la touche ou encore par l’usure.

 

Astuce 1 sur 3 : Le chevalet

 

Étape 1 : Faire attention à l’inclinaison du chevalet

Pour optimiser le son, vérifiez votre chevalet. Vous devez y porter une attention particulière, car son inclinaison influence sur la qualité sonore de votre instrument. Il a tendance à s’incliner généralement lorsque vous effectuez un accordage. Pour éviter cela, faites toujours un contrôle après cette opération. Dans le cas où il se penche vers la volute, vous devez le redresser.

Prenez soin de choisir des cordes dont la grosseur correspond aux encoches du sillet et du chevalet. En cas de doute, demandez l’avis d’un luthier. Vous voyez, ce n’est pas en investissant dans un instrument coûteux que vous vous assurez d’une meilleure sonorité. Un bon violon est celui que vous prenez soin d’entretenir et que vous pouvez améliorer lorsqu’il perd du son.

 

Étape 2 : Contrôler souvent le taux d’humidité

Chaque changement de saisons peut altérer la qualité du timbre d’un instrument. Cela est dû à la transformation de l’air entraînant une importante variation du taux d’humidité. Dans ce genre de situation, deux cas peuvent se produire. Le rejet ou l’emmagasinage de l’humidité par le bois. Ils provoquent une modification des tensions qui s’exercent sur votre instrument à cordes altérant sa sonorité. Dans le cas où l’humidité de l’air se trouve à moins de 40°C, l’utilisation d’un humidificateur est conseillée. Pour que votre instrument puisse bien retrouver sa sonorité, faites une petite visite chez votre luthier.

 

 

Astuce 2 sur 3 : Le cordier

 

Étape 3 : Bien choisir le cordier

Un bon instrument à cordes doit être équipé d’un cordier de qualité. Ce dernier joue un rôle important dans la qualité du son de votre instrument. Il permet, en effet, d’apporter une bonne harmonie à votre jeu. Voilà pourquoi, vous devez bien le choisir. Lorsque vous achetez cet accessoire, faites votre choix en tenant compte de deux critères, dont l’esthétique et les points techniques.

D’abord, si vous souhaitez créer une bonne harmonie, les chevilles et la mentonnière doivent correspondre avec le bois de votre cordier. Ensuite, l’attache de ce dernier ne doit pas être trop longue. Vous pouvez améliorer le timbre de votre instrument et obtenir un bon résultat acoustique en veillant à ce que la corde se trouvant entre le sillet du haut et le chevalet soit de la bonne longueur. Elle doit correspondre à 1/6ème de la longueur de la corde vibrante. Pour y parvenir, il vous suffit de rallonger ou de diminuer l’attache- cordier.

 

Étape 4 : Bien choisir la matière du cordier

Le marché actuel met à votre disposition divers matériaux de fabrication d’un cordier. Chaque matière présente des caractéristiques intéressantes. Il vous faut simplement trouver celle qui vous correspond le mieux. Primo, vous avez le bois. Ce dernier vous fait profiter de sons à la fois riches et harmoniques. Vous pouvez trouver quatre essences de bois dont les plus courants sont l’ébène de couleur noire et le palissandre (marron). Vous avez également le buis et le pernambouc. Ce dernier permet d’obtenir une sonorité plus directe que les autres modèles.

Vous pouvez également vous offrir un cordier en plastique ou en métal. Le premier se distingue par sa légèreté et son coût moins cher. Par contre, il n’est pas très solide et s’use plus facilement. Le second offre une résistance mécanique remarquable. Il est parfait pour les instruments de petite taille.

 

Étape 5 : Tenir compte de la rondeur du cordier

Pour optimiser la qualité sonore, vous devez considérer la rondeur de votre cordier. Sur le commerce, vous pouvez trouver deux formes dont les modèles courbés et ceux à pans. Les cordes rondes sont les plus prisées, car leur forme est plus proche de celle du chevalet. Résultat, elles bénéficient d’un meilleur équilibre acoustique. Si vous possédez des cordes médiums et que celles-ci manquent de clarté ou qu’elles présentent un déséquilibre acoustique, choisissez un cordier à pan.

 

 

Astuce 3 sur 3 : L’entretien de l’instrument

 

Étape 6 : Passer un chiffon doux

Au fur et à mesure que vous utilisez votre instrument, de la poussière peut s’implanter dans certains endroits comme le chevalet, le sillet ou encore les mécaniques. C’est pourquoi le passage d’un chiffon est recommandé sur chaque recoin de votre instrument de musique après chaque usage. Outre ces parties, pensez également à le passer sur vos cordes. Veillez à bien nettoyer le dessous et le dessus. Des dépôts de résidus peuvent s’y incruster et dégrader le son produit par les cordes.

 

Étape 7 : Huiler le manche

Lorsque vous changez vos cordes, profitez du démontage pour mettre de l’huile sur le manche de votre instrument. Cette opération vous permet de donner vie au bois qui est une matière vivante. Elle élimine aussi la graisse et toutes les saletés qui y sont déposées chaque fois que vous jouez. Lorsque vous huilez votre instrument, laissez d’abord le manche se sécher avant de poser vos nouvelles cordes.

 

Étape 8 : Adopter les bonnes habitudes

Vous pouvez vous éviter de nombreux problèmes surtout au niveau sonore en améliorant vos gestes au quotidien. Pour éviter l’accumulation des résidus sur votre instrument, lavez vos mains avant de jouer. Ce simple geste vous permet d’éviter qu’il ne soit obstrué et d’augmenter sa longévité de vie.