Dernière mise à jour: 17.01.21

 

Tous les musiciens se doivent de comprendre la différence entre son numérique et son analogique. Les plus expérimentés maîtrisent déjà ces notions et les utilisent à perfection. Pour les amateurs et les débutants en MAO, il est important de maîtriser convenablement ces deux notions pour obtenir les meilleurs résultats.

 

Pourquoi maîtriser ces deux notions ?

La vulgarisation du clavier maître ou MIDI et des logiciels de création musicale a permis à tout le monde d’entrer dans le monde de la musique électronique. La majorité des jeunes beatmaker et des DJ auront appris d’eux-mêmes la base de ces logiciels pour se faire une petite popularité. Ils font vibrer, danser, chanter à des rythmes différents. Certains produisent tous les jours sans prendre en compte la notion de son numérique ou analogique.

Pourtant, elles sont importantes, car elles permettent de donner plus d’ampleur à la musique. Si les sons que l’on entend naturellement sont en grande majorité analogique, ceux qui passent un procédé informatique sont, quant à eux, numériques. Ces derniers peuvent posséder des valeurs différentes selon la compression, l’appareil, la technique d’enregistrement, et bien d’autres variables. Si ces variables ne sont pas maîtrisées, le son perd drastiquement en qualité.

Ce risque se présente sous un autre angle quand on parle de son analogique. Indépendamment de la source, l’oreille humaine perçoit chaque signal sonore tel qu’il est. On parle de source parce que le son analogique est l’ancêtre même du son numérique, et peut également provenir d’un appareil électronique. Sauf que le procédé d’enregistrement est unique, reprenant les bases même des tout premiers enregistrements sonores de l’humanité. Ainsi, contrairement au son numérique, le son analogique ne variera pas selon l’appareil utilisé, mais plutôt dans le temps. Plus elle est écoutée, plus elle perd en qualité.

D’où le besoin de maîtriser les deux notions. En sachant parfaitement les valeurs à atteindre en mode numérique, on peut toucher le tympan de l’auditeur et lui procurer une expérience d’écoute sans pareil. En utilisant les particularités du mode analogique, on peut diffuser un son extrêmement fidèle à une scène réelle. Il suffit de connaître les particularités de chacune des notions.

Le son analogique, l’ancêtre de la musique

Le tonnerre, le rire, la voix humaine, les instruments classiques… . Tous produisent un son analogique. Il existait même avant que l’humain ne puisse mettre un nom dessus. Pour l’histoire, ce fut Thomas Edison qui a tenté l’expérience d’enregistrement analogique pour la première fois en 1878. Grâce à un phonographe, il grave mécaniquement le son pour ensuite le diffuser à nouveau. Peu à peu, les magnétophones se répandent avec les enregistrements stéréophoniques. Ce n’est qu’en 1948 que le premier enregistrement sur disque vinyle apparaît. Le flux contenu de l’onde est gravé directement sur le disque dans les microsillons. Ces disques évoluent peu à peu et peuvent contenir plusieurs chansons.

Le son analogique a la particularité d’être directement gravé sur l’appareil de diffusion. En termes d’onde, imaginez une courbe continue et sinusoïdale sur le temps. D’où la particularité du mode analogique, aucun bruit n’est réduit. On entend l’environnement autour durant la diffusion. Certains audiophiles préfèrent le mode analogique dû à ces imperfections même. Il n’y a aucun traitement avancé, on vit le son comme si on était en face d’une scène. Cependant, plus le support de diffusion est sollicité, plus la qualité sonore se détériore.

On ne rencontre plus beaucoup d’enregistrements analogiques aujourd’hui. Les procédés existent toujours, mais se révèlent extrêmement coûteux. Les enregistrements numériques tentent alors de reproduire cette particularité de l’analogique.

 

Le son numérique, la révolution musicale

Si le son analogique est représenté en une courbe continue et sinusoïdale sur le temps, le son numérique en revanche prend la forme d’histogrammes. Cette caractéristique est causée par le procédé informatique dans l’enregistrement du son. Les ordinateurs fonctionnent dans un langage binaire et doivent adapter la courbe analogique du son pour pouvoir la transformer en plusieurs données numériques. Celles-ci sont les nombreux échantillons sonores qui vont ensuite être lus pour être diffusés. La qualité de la diffusion dépendra alors de la précision et du nombre de ces échantillons sonores.

On considère la numérisation du son comme une révolution musicale grâce à cet échantillonnage pouvant adaptable à l’infini suivant l’instrument de musique utilisé. Un bon musicien saura fusionner plusieurs courbes et en dégager l’harmonie parfaite afin d’offrir une expérience musicale hors du commun à ses auditeurs. Pour plus de précision, les professionnels se tourneront vers des appareils d’enregistrement précis. La majorité d’entre eux est équipée d’un clavier maître relié à une carte son et un ordinateur grâce à l’interface MIDI pour garder le maximum d’échantillon de musique.

Dans un sens plus large, le numérique possède un trait que l’analogique ne possèdera jamais : la durabilité. Un son numérique peut être copié à l’infini sans perdre une once de sa qualité, tandis que le son analogique perdra en qualité au fur et à mesure que son support sera utilisé. Néanmoins, le deuxième mode d’enregistrement ne demande pas d’appareil de qualité pour obtenir la qualité voulue. Le son numérique a besoin d’un appareil capable de lire les échantillons à la bonne vitesse pour être apprécié dans sa meilleure forme.

Le point final

Il est important de maîtriser la différence entre le son numérique et le son analogique lorsqu’on arpente le domaine de la musique professionnelle. Tous les sons passant par un procédé informatique sont considérés comme un son numérique. Il s’agit d’une reproduction aussi identique que possible des sons analogiques que l’appareil d’enregistrement perçoit. Un convertisseur analogique, plus communément appelé DAC, se charge de capter les sons analogiques pour les convertir en données numéraires et produire les sons numériques, la musique que l’on entend tous les jours. 

Ainsi, pour être sûr d’obtenir la meilleure qualité de son numérique, il faut utiliser le meilleur modèle de clavier maître pour avoir un son précis et net.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments