Dernière mise à jour: 22.10.19

 

Traditionnellement, un ocarina est fabriqué à partir de fruits et légumes, de la céramique ou de la terre. Si sa conception diffère légèrement d’une culture à l’autre, son système de fonctionnement est le même. Pour produire des sons, certaines techniques doivent être maîtrisées. Dans cet article, nous allons voir comment tenir et souffler dans cet instrument.

 

Astuce 1 : Apprendre à différencier les notes

 

Étape 1 : L’importance de la maîtrise des notes

Avant d’en jouer, vous devez vous familiariser avec cet instrument de musique. Un ocarina est composé de trous. C’est grâce à ces derniers que vous allez pouvoir produire du son. Si vous ne pouvez pas identifier à quel trou correspond telle ou telle note, vous aurez beaucoup de mal à produire une belle sonorité. Ainsi, l’apprentissage de cet instrument à vent débute d’abord par celui de ses différentes notes.

 

Étape 2 : Les différentes notes d’un ocarina

Sur un ocarina, le nombre de trous n’est pas le même. Certains ne disposent que de quatre tandis que d’autres peuvent contenir jusqu’à une douzaine de trous. Comme vous l’aurez compris, les notes composant cet instrument diffèrent selon le modèle dont vous disposez. Pour positionner vos doigts, vous devez déchiffrer à quelle note correspond chaque trou.

Sur Internet, vous trouverez des cours en image vous permettant d’assimiler facilement les différentes notes. En général, les trous sont représentés en blanc ou noirs. Ceux en blanc sont des trous ouverts tandis que ceux en noir sont bouchés.

 

 

Astuce 2 : La gestion du souffle

 

Étape 1 : Les avantages de la gestion de souffle

La gestion du souffle est indispensable pour n’importe quel instrument à vent. La maîtriser vous fait profiter de deux avantages remarquables vous permettant d’améliorer rapidement votre jeu. D’une part, elle vous permet d’atteindre une bonne justesse au niveau du son. Sachez qu’en soufflant trop doucement ou trop fort dans votre instrument, vous n’obtiendrez que des notes déformées. D’autre part, en gérant bien votre souffle, vous pourrez jouer confortablement. Le risque de vous retrouver essoufflé pendant que vous jouez est très limité.

 

Étape 2 : Maîtrisez la sonorité produite par votre instrument

Lorsque vous soufflez dans un ocarina, il émet un son. Ce dernier est représenté par une vibration causée par le déplacement rapide de l’air. Par conséquent, plus ce dernier va vibrer, plus la sonorité produite est aiguë. Ainsi, si vous jouez une note grave et que vous soufflez un peu trop fort dans votre instrument, le son sera déformé. Vous pourrez même vous retrouver avec des sifflements.

De la même manière, si vous jouez une note aiguë, mais ne mettez pas assez de puissance dans votre souffle, votre instrument pourrait ne produire aucun son. S’il en émet, vous n’obtiendrez certainement qu’un son tremblant ou timide.

Pour éviter ces situations et jouer juste, vous devez vous entraîner à souffler dans votre instrument à vent.

 

Étape 3 : Les différentes techniques pour souffler dans un ocarina

Les exercices permettant de travailler son souffle sont nombreux. Vous pouvez les découvrir dans les différents cours d’ocarina en ligne disponibles sur le web ou traduits dans des livres. Si vous êtes accompagné d’un professeur de musique, il vous recommandera assurément différentes techniques à pratiquer pour bien gérer votre souffle.

Ici, nous allons voir quelques-uns de ces exercices. Les connaître vous évite de souffler sans comprendre véritablement comment cela fonctionne. Vous voulez jouer d’un Ocarina ? Dès à présent, habituez-vous à respirer avec votre ventre. Cette méthode respiratoire vous permet d’obtenir et de canaliser la puissance nécessaire lorsque vous soufflez. La deuxième technique consiste à vous servir de vos abdos. Pour cela, vous devez simplement les contracter. Pour souffler plus ou moins fort, faites des contractions plus ou moins rapides.

 

Astuce 3 : Des exercices à mettre en pratique

Dans les paragraphes suivants, vous trouverez différents exercices pour travailler votre souffle. Ils ont été spécialement sélectionnés pour vous permettre d’apprendre à gérer votre souffle sans trop de difficulté.

 

Étape 1 : L’objectif de ces exercices

Ce type d’entraînement a pour but de vous aider à contrôler la puissance de votre souffle pour qu’il ne soit ni trop faible ni trop fort. Quand vous jouez d’un ocarina, il est important que vous variiez votre souffle. La raison est simple. Pour produire chaque note, vous devez atteindre une quantité d’air bien précise. Ainsi, pratiquer ces exercices quotidiennement vous permet de couper le flux d’air avec justesse. Ce qui vous permet alors de bien séparer les notes. Dans le cas contraire, les sons produits par votre instrument à vent ne seront pas précis. Au lieu d’obtenir des notes distinctes les unes des autres, vous vous retrouvez avec un son qui varie.

 

 

Étape 2 : Premier exercice : souffler sur une bougie

Il consiste à souffler sur une bougie allumée en veillant à ne pas l’éteindre. Pour cet exercice, votre bougie doit être placée à 20 centimètres de votre bouche. Le but est de coucher la flamme et d’éviter qu’elle ne s’éteigne. Vous devez donc souffler dans votre ocarina tout en veillant à ce que la flamme de votre bougie garde cette inclinaison. Lorsque vous serez habitué à faire cet exercice, vous pourrez vous rapprocher petit à petit de votre bougie tout en adaptant votre souffle à ladite inclinaison. En résumé, quelle que soit la distance qui vous sépare de votre bougie, vous devez être en mesure de l’incliner de cette manière sans l’éteindre.

 

Étape 3 : Deuxième exercice : utiliser un bout de papier

Cet entraînement nécessite un bout de papier plus ou moins épais de 2 centimètres de large et environ 8 à 10 centimètres de long. Roulez-le dans le sens de sa longueur pour obtenir un papier de forme spirale que vous allez installer à 20 centimètres de votre bouche. Soufflez par saccade pour le faire balancer. Attention, votre spirale ne doit pas se déplacer. Si votre souffle manque de puissance, elle ne bougera pas. À l’inverse, si vous soufflez un peu trop fort, elle risque de s’envoler.