Dernière mise à jour: 22.10.19

 

La version moderne de la clarinette a vu le jour en Europe vers le XVIIIe siècle. Cet instrument à vent se distingue par sa tessiture claire et douce. Elle est jouée dans le Jazz et la musique classique. Son apprentissage débute par son assemblage. Si vous êtes un jeune apprenti et avez du mal avec son montage, voici comment faire.

 

Reconnaître chaque élément composant la clarinette

Avant d’apprendre à monter une clarinette, identifiez chaque partie la composant. Pour cela, débutez par l’ouverture de l’étui. Votre instrument est en principe constitué de quatre éléments qui sont reliés par des jointures de liège et d’un bec composé de plusieurs petites pièces.

La partie basse est en forme de cloche ou de cône. C’est le pavillon. La clarinette est en grande partie constituée du corps du bas. Ce dernier est doté d’une bague de métal en haut constituant le point central de cet instrument à vent et d’une connexion en liège en bas. Quand vous l’orientez, son côté droit est équipé de clés en métal et d’une clé de correspondance orientée vers le corps du haut. Celui-ci se particularise par ses deux connexions en liège, les tenons.

Le corps du haut est muni de clés gauches. Il est plus court que celui du bas. En l’orientant, vous verrez qu’il y a une clé de correspondance passant au-dessus du point de liaison se trouvant en bas et de l’espace entre le sommet du corps du haut et les clés. Ladite clé sera liée au bec.

Le bec et la jointure du haut sont liés par un petit élément appelé barillet ou baril. Attention, ce dernier n’est pas muni de clés. Généralement, vous y trouvez la marque de votre clarinette. Quant au bec, il est composé par une embouchure noire ainsi qu’une ligature permettant de maintenir l’anche. Vous pouvez trouver des modèles de clarinettes dotés d’un couvre-bec métallique protégeant le bec.

 

 

Relier le pavillon au corps du haut

Il n’y a pas de manière spécifique pour assembler les parties de cet instrument à vent. Par contre, la plupart des joueurs ont l’habitude de commencer par le pavillon. Quelle que soit la technique que vous utilisez, cela n’impacte pas sur la sonorité. En d’autres termes, la qualité du son ne sera pas meilleure ou bien plus mauvaise. Sachez toutefois que lors de l’assemblage, vous devez penser à terminer avec le montage avec le bec.

Pour faciliter l’assemblage de votre clarinette, il est conseillé de graisser chaque liège raide de votre instrument. En général, la graisse est présentée dans un tube ayant la forme d’un baume à lèvres. Dans le cas où vous ne pouvez pas vous en procurer, la vaseline peut aussi faire l’affaire.

Pour monter votre clarinette, le mieux est de débuter par l’assemblage du pavillon et de remonter petit à petit vers le haut. Pour ce faire, commencez par glisser le pavillon tout en douceur. Poussez-le avec fermeté tout en le tournant. Faites attention à bien tenir le corps du bas avec votre main.

 

Raccorder le corps du haut et du bas

Servez-vous des clés de correspondance pour connecter le corps du bas à celui du haut. Assurez-vous de tenir chacune des parties parallèlement au sol. Orientez et alignez les grosses clés de correspondance. Emboitez ces deux éléments en faisant un mouvement rotatif. Pour y arriver, prenez soin d’aligner les clés de correspondance et abaisser le clapet du haut. Ce dernier est situé juste au-dessus celui du bas. À présent, assemblez-les solidement.

Utilisez votre main droite pour tenir le corps du bas par le haut vers le bas. Mettez votre main en dessous des clés situées au-dessus et au milieu des deux autres qui sont plus grosses. Celles-ci sont plates. Vous pourrez donc l’abaisser aisément sans avoir peur de les tordre. Ensuite, poursuivez en tenant avec votre main gauche le corps du haut. Pour y parvenir, enroulez vos doigts autour du gros anneau et de l’instrument. Normalement, la correspondance devrait se soulever lorsque vous n’appuyez pas dessus. Assurez d’avoir bien aligné chaque pièce de votre instrument.

La prochaine étape est l’emboitement du baril. Il suffit de le placer sur le corps du haut. Cette pièce vous permet d’accorder votre clarinette, de la rallonger ou la rendre plus courte.

 

 

Poursuivre avec le montage du bec

La première chose à faire est d’humidifier l’anche en immergeant la partie la plus épaisse appelée « talon » dans trois centimètres d’eau. Cette étape doit être effectuée avant l’assemblage. En principe, l’eau monte du talon jusqu’à la pointe. Quand l’humidification atteint le milieu de l’anche, vous la sortez de l’eau et séchez son extrémité. Cela fait, vous pouvez vérifier la résonnance de votre instrument en faisant plusieurs tests de saturation de l’anche. Si possible, préférez l’humidification avec l’eau plutôt qu’avec votre bouche. De nombreux joueurs ont pris l’habitude de mettre les anches dans la bouche pour les humidifier.

La seconde étape consiste à aligner la pointe du bec et celle de l’anche. Pour un bon alignement, servez-vous de vos doigts pour tenir cette dernière et la déplacer progressivement jusqu’à qu’elle se place contre l’ouverture du bec. Étant donné que chaque anche diffère et a ses « préférences », il n’est pas souvent facile de trouver le placement parfait. Vous pouvez y remédier en la maintenant avec votre pouce tout en soufflant dedans. Lorsque vous êtes satisfait du résultat, fixez la ligature.

Attention, il est interdit de taper sur la pointe de l’anche. De la même manière, évitez de toucher le devant. Ses pores sont très délicats. Par conséquent, ils doivent être protégés de toutes saletés pour être jouables. Lorsque vous placez la ligature en métal sur le haut du bec, faites attention à ne pas écorner votre anche. Pour y parvenir, vous pouvez vous référer aux deux traits gravés sur le bec de votre clarinette. Terminez votre assemblage en emboitant le bec sur le baril. En l’orientant, vous constaterez que l’anche se trouve du côté opposé des clés de votre instrument à vent. Si tel est le cas, le montage de votre clarinette est achevé.