Dernière mise à jour: 21.11.19

 

La flûte de pan reste encore un instrument de musique méconnu dans certains pays, comme l’Hexagone. Toutefois, de nombreux artistes à travers le monde entier s’y sont intéressés et en font même leur instrument de prédilection.

 

Fanica Luca

Fanica Luca s’affiche à la tête de la liste des plus célèbres artistes utilisant cet instrument de musique qui sort un peu de l’ordinaire. Il s’y attache trop qu’il a fini par procéder au balisage des chemins de la flûte de pan. Il ne se sépare jamais de son compagnon et a même partagé ses expériences dans les quatre coins du monde. Il a ainsi été le pionnier en exportation de cet instrument en Europe et dans de nombreux autres pays.

Il a aussi partagé ses prouesses dans l’utilisation de cet outil en créant une école pour les amateurs. Cette initiative a été poursuivie par ses élèves. Fanica Luca est alors le père de flûte de pan, malgré le fait qu’il reste, jusqu’à présent, méconnu des novices de l’instrument. Parmi ses élèves, l’on distingue Radu Simion, Damian Luca, Nicolae Pirvu et Gheorghe Zamfir. Ils sont devenus des musiciens talentueux qui ont participé massivement à l’essor de l’école roumaine de flûte de pan. Ils se sont ainsi apprêtés à hisser l’instrument, pour qu’il décroche une renommée internationale.

Ce père de la flûte de pan a pu créer de nombreux titres à l’aide de son instrument favori, dont les plus célèbres sont Olteanul La Drum, Rang Lecture, Doină din Ardeal, Ursitoare, ursitoare ou encore În grădina lui Ion.

 

 

Gheorghe Zamfir

Élève brillant de Fanica Luca, Gheorghe Zamfir a aussi participé à l’exportation de l’instrument auprès des musiciens français, et cela, avec l’aide de Marcel Cellier, un organiste. Il se faisait remarquer dans l’univers musical avec son discours basé spécialement sur l’art de la Doina. Il a pu mettre l’accent sur son propre style, grâce au jeu de timbre et des effets. S’il est considéré par les flûtistes amateurs comme référence, c’est qu’il a bel et bien maîtrisé l’instrument. En effet, il a pu jouer sur divers styles jusqu’à réaliser de la modulation du son.

Avec Marcel Cellier, les deux artistes ont monté ensemble le duo flûte de pan et orgue. D’ailleurs, le fruit de leur collaboration a laissé un bon souvenir immortalisé dans l’histoire de la musique folklorique roumaine et a même envahi les esprits. À noter que l’ensemble flûte de pan et orgue a pu capter l’attention de nombreux musiciens. Ce n’est donc pas étonnant si le nom de Zamfir est toujours mentionné lors des dialogues et débats entre les flutistes professionnels. Il est même considéré comme étant un marqueur d’influences dans le domaine. Son nom, notamment ses œuvres, fait partie des raisons pour lesquelles de nombreux artistes de nos jours misent sur la flûte de pan. 

Ce musicien et compositeur roumain n’hésitait pas à laisser libre cours à son imagination par rapport à l’utilisation de l’instrument. Il a ainsi apporté quelques retouches à l’aide des minuscules bambous chinois afin d’obtenir une meilleure flûte de pan. Avec cette idée, il cherchait à augmenter le nombre de tons pour faire voir le jour à un instrument plus moderne. Pour ce faire, il a donc revisité le naï de 20 à 30 pipes. 

 

Ulrich Herkenhoff

Cet artiste indépendant s’intéresse à ce genre d’instrument dès son adolescence. Il faisait partie des simples fans de Gheorghe Zamfir qui aime bien l’idée d’apporter des innovations sur le naï. Il a donc fabriqué sa toute première flûte avec des cannes de bambou qu’il avait achetées auprès d’une fleuriste. Il se serait familiarisé tout seul avec son outil préféré en autodidacte, mais à l’aide des enregistrements de Marcel Cellier et de Zamfir.  

Quelques années plus tard, il a rencontré un professeur pouvant l’accompagner dans la réalisation de son rêve de devenir artiste de flûte de pan. Puis, il a pu élargir petit à petit son horizon et a fini par contacter l’organiste Marcel Cellier. Celui-ci n’hésitait pas à jouer un air pour lui à distance. 

Ulrich Herkenhoff mise sur ses talents créatifs en construisant ses propres flûtes. Il devient même un créateur de ce type d’instrument et commercialise des modèles signés Uliza.

 

Los Kjarkas

Ce groupe de musique folklorique a vu le jour en 1965 à l’initiative des aînés des frères Hermosa de la région de Cochahamba. Musiciens dès leur jeune âge, tous les membres réunissent leurs talents pour le constituer. Après quelques années, les fondateurs ont laissé le flambeau à leurs jeunes frères, dont Gonzalo, Elmer et Ulises. Le groupe ne s’attarde pas à connaître le succès. En 1984, il faisait partie des participants à un concours international de musique qui avait eu lieu au Japon. À l’époque, il a décroché la septième place parmi des milliers d’artistes. Le groupe est alors reconnu sur le plan international.  

 

Avec leur notoriété, les Kjarkas deviennent un groupe référence de la musique bolivienne moderne. Ils se basent sur l’instrumentation et la rythmique traditionnelle des Andes en y apportant des touches romantiques. Parmi les titres marquant leur succès, l’on distingue El arbol de mi destino, Tiempo al tiempo, Wayayay, Jilguero Flores et Imillitay.  

 

 

Michel Tirabosco 

Qui ne connaît pas Michel Tirabosco, le flutiste célèbre dans le monde et à travers les pays francophones ? Il n’a pas eu de professeur spécialisé dans le domaine dans ses premiers pas dans la flûte de pan. Bien au contraire, il a été accompagné par un professionnel de flûte traversière. Mais il a su s’inspirer de cet enseignement équivalent pour maîtriser l’utilisation de cet instrument spécial.

Tirabosco a joué sur une technique particulière pour utiliser à sa façon la flûte de pan. Selon lui, le son, la justesse et la précision technique sont des maîtres mots. Ils constituent les bases fondamentales ouvrant vers le développement avant de procéder à une interprétation. 

Il a également participé à différentes formations lui permettant de développer ses talents en orchestre, ensemble à vent, musique de chambre avec pianiste, harpiste, etc. Sa reconnaissance internationale lui a permis de participer à de nombreuses prestations en Russie, au Liban, en Amérique du Sud… .