Dernière mise à jour: 17.01.21

 

Pour commencer le piano, il y a les conservatoires, les écoles de musique et les professeurs particuliers. Pourtant, ces alternatives s’avèrent souvent hors budget. Dès lors, l’autodidactisme s’en vient comme une évidence. Pourquoi ne pas se former seul ?  Si l’idée vous séduit, ci-après quelques conseils pour débuter le piano sans suivre de cours.

 

Débuter le piano seul : connaître les pièges pour mieux les éviter

Avant de vous placer derrière votre clavier, vous devez en abord prendre conscience de ce qui vous attend. Gardez à l’esprit qu’apprendre à jouer la musique de piano et à lire les partitions musicales par vous-même s’avèrent plus difficiles qu’il n’y paraît. Mais prenez courage parce que si vous êtes ici à nous lire, c’est parce que vous avez soif de savoir et que la motivation est là. Peu importe ce qui se profile devant vous, faites preuve de rigueur, de régularité, de discipline et découvrez les pièges à éviter.

Piège n°1 : acheter votre « méthode de piano » au hasard

Contrairement à ce que certains croient, ce n’est pas en ayant un bon matériel que l’on peut vite devenir un pianiste aguerri. Pour débuter, un piano en bon état ou au moins un synthétiseur/clavier suffit amplement.

Par contre, vous aurez besoin d’une bonne méthode pour apprendre le piano. Ce document vous servira de base d’apprentissage. Mais avant de l’acheter, vous devez vous imprégner en abord des sonorités de votre instrument. Posez vos doigts sur les touches et laissez-les y courir. Essayez d’y jouer un air que vous connaissez déjà comme « Au Clair de la Lune » ou la « Chanson de l’alphabet ». Tendez l’ouïe afin d’en distinguer les différentes tonalités, graves et aiguës. 

Vous familiariser ainsi avec votre instrument vous permettra peu ou proue de choisir la bonne méthode de piano pour débutant. Car oui, de bonnes bases et une bonne méthode seront garants de votre réussite.

 

Piège n°2 : utiliser les partitions gratuites du web

Quand on veut apprendre le piano seul, ce n’est pas pour devenir un virtuose de renommée mondiale. La plupart du temps, l’on s’y adonne pour avoir la possibilité de jouer quelques mélodies que l’on apprécie.

Dans cette optique, voir tous les débutants se ruer sur internet pour trouver une partition est peu anodin. Mais attention, c’est une fausse bonne idée. Bon nombre de ces feuillets gratuits numériques comportent des aberrations : erreur de rythme, mesure erronée, notation incorrecte ou doigtées. Ce que vous apprendrez avec : des fausses partitions retranscrites de fichiers midi.

Autant que possible, priorisez les partitions payantes disponibles en magasin ou en ligne. Ces dernières sont le plus souvent éditées par un professionnel et permettent de bien apprendre les notes de piano. Cela constitue un gage d’authenticité et de fiabilité.

 

Piège n°3 : faire fi des les doigtés

Un des écueils qu’on rencontre quand on commence à jouer du piano, c’est le non-respect des doigtés d’une partition. Rappelons qu’un doigté se réfère à un chiffre attribué à une note. Il se place au-dessous ou en dessous de celle-ci. Ci-après la correspondance : 1 = Pouce, 2 = Index, 3 = Majeur, 4 = Annulaire et 5 = Auriculaire.

Beaucoup de novices relèguent ce détail au second plan. Ils n’y font pas vraiment attention. Or, c’est une erreur à ne pas faire.

En négligeant les doigtés dès le départ, vous risquerez d’écoper de mauvaises habitudes. Vous aurez aussi du mal à trouver la bonne fluidité et le bon rythme sur certaines mélodies. Ce qui vous mettra au pied du mur dès que vous commencerez le piano.

 

Piège n°4 : ne pas tenir compte du rythme

Avec le piano, comme avec n’importe quel instrument de musique, on apprend à suivre le rythme à travers un métronome. Ce petit accessoire à tic-tac doit être votre ami à la minute même quand vous découvrez les premiers accords du piano. Il permet d’acquérir un jeu plus naturel et plus instinctif. Connaître et maîtriser le rythme du piano en utilisant ce métronome minimise les risques de fausses notes. Cela permet de s’accommoder plus facilement de tous types de mélodies, allant des rythmes lents aux rythmes endiablés et soutenus. C’est également un grand plus quand on veut improviser et espérer un jour entendre une mélodie bien jouée.

 

Piège n°5 : se précipiter et brûler les étapes

Emportés par la passion et l’impatience, bon nombre de pianistes en herbe débutent en brûlant les étapes. Très vite, ceux-ci se découragent et abandonnent à cause de la difficulté qu’ils se sont imposée.

A aller trop vite, on passe souvent à côté de plusieurs choses essentielles. Maîtriser le solfège et pianoter avec aisance ne se font pas du jour au lendemain. C’est d’autant plus valable que l’on veut apprendre le piano à 60 ans ou à n’importe quel âge, mais seul.

Dès lors, allez-y progressivement. Ne vous risquez pas à jouer des airs compliqués dès vos débuts. Commencez avec un morceau de piano facile. Vous devez bien assimiler une notion avant de passer à la leçon suivante.

Apprendre le piano sans professeur : est-ce jouable ?

A moins d’être un virtuose né ou un génie du clavier, apprendre et faire du piano sans professeur peut sembler ardu. Cela requiert du travail et un grand sens de l’organisation.

S’initier seul et sans l’aide d’un professionnel signifie préparer soi-même ses cours, jouer seul et juger son jeu afin de se corriger. Pouvoir faire tout cela n’est pas donné à tout le monde. D’habitude, la partie préparation de chaque leçon de piano et observation relève des compétences d’un professeur de piano.

Sans l’expertise et la supervision de ce dernier, vous aurez plus de chances d’apprendre la musique de piano et de jouer de travers. Vous risquerez de commettre des impairs plus facilement surtout quand il faut en venir aux possibles invariables. Or des erreurs de doigtés et de postures sont faciles à rectifier avec l’assistance d’un professeur.

A vous y prendre seul, il vous faudra vous exercer deux fois plus pour maîtriser les partitions. Idem pour ce qui est de trouver les meilleurs positionnements des poignets et des bras. Pour ce qui est du rythme, l’acquisition d’un métronome est fondamentale.

En somme, apprendre le piano seul et sans tuteur est tout à fait faisable. Néanmoins, il faudra être suffisamment polyvalent et attentif pour pouvoir s’auto-enseigner et se corriger.

Si nécessaire, vous pouvez acquérir les bases en suivant des cours de piano pour débutant auprès d’une école de piano. Puis, poursuivez plus tard sans le chaperonnage d’un professeur.

 

Apprendre le piano en autodidacte : les défis

Habituellement, une des plus grandes difficultés dans l’apprentissage du piano réside dans la lecture des partitions. C’est d’autant plus compliqué sans cours de solfège. Cependant, ce n’est pas l’unique obstacle qui peut barrer la route de l’autodidacte. Il peut aussi être en proie à de multiples incertitudes comme comment jouer du piano quand on débute, combien de temps pour apprendre le piano, comment évaluer la situation et comment continuer ?

 

Comment commencer le piano seul?

Quand on débute, il faut une bonne documentation. En abord, vous aurez besoin d’une méthode de piano comme support d’apprentissage. Prenez celle adaptée à votre profil : méthode de piano pour enfant, méthode de piano pour adulte, etc. Pour trouver celle qui vous convient, vous pouvez vous adresser au responsable du magasin de musique du coin.

Ajoutez à cela un livre pour apprendre le piano et son solfège ainsi qu’un livre de piano avec des partitions faciles à comprendre.

Pour appuyer ces théories sur papier, pensez à visionner des vidéos de leçons et d’exercices de piano pour débutant en ligne. Cela vous permettra d’apprendre de façon plus ludique. À travers ces supports visuels, vous vous habituerez à délier vos doigts. Vous aurez à travailler vos mains (gauche et droite) un à un puis simultanément. Vous devrez par la même occasion vous exercer sur les gammes, les octaves et quelques accords.  

Une fois que vous commencerez à vous habituer, essayez de jouer des morceaux de piano facile ou intermédiaire. Ne sautez pas sur vos grands chevaux en tentant les morceaux de la musique classique. Faites simple avec des musiques de film par exemple. Prenez un morceau de piano facile à apprendre.

 

Comment jauger la difficulté d’une partition ?

Si jouer une partition paraît difficile sans cours de solfège, c’est d’autant plus dur que d’estimer son niveau de difficulté. Voici quelques indices permettant de reconnaître les partitions convenant à un niveau néophytes :

 – Longueur du morceau : idéalement, un débutant choisira des mélodies courtes et jouables dans différents styles musicaux

 – Positionnement des doigts et mouvements des mains : quand on débute, le mieux est de se tourner vers les partitions avec des notes rapprochées. Vous n’aurez certainement pas encore acquis la souplesse et la dextérité nécessaires pour jongler entre des notes éloignées les unes des autres.

 – Indépendance des deux mains : le mieux est d’opter pour des morceaux avec de légers accompagnements adagio (notes jouées avec la main gauche) pour mieux s’habituer aux accords.

 – Rythme : pour apprendre les rudiments du piano, favorisez un rythme binaire sur partition C, 2/4, 3/4 ou 4/4

 – Tempo : les partitions avec multiples tripe-coches et double-croches sont à proscrire. Ceux-ci expriment un tempo rapide.

Au besoin, procurez-vous une partition de piano gratuite pour débutant avec chiffres.

Comment rester sur sa lancée ?

Après plusieurs sessions d’entraînement et d’apprentissage, il se peut que vous finissiez pour stagner. Dès lors, continuer à progresser vous paraîtra probablement compliqué.

Pour redynamiser votre apprentissage du piano, quelques échanges avec un professeur particulier peuvent s’avérer utiles. Celui-ci sera à même de vous fournir des exercices de pratique et de vous corriger dans la même foulée. Il sera aussi disposé à évaluer votre progression et à vous livrer quelques orientations pour la suite de votre apprentissage.

Procéder ainsi vous permettra de découvrir de nouvelles nuances et expressions de jeu. Cela vous aidera aussi à renforcer vos doigts de sorte à les rendre plus souples et plus endurants.

 

Les tutos en ligne : une valeur sûre pour apprendre le piano seul

Si auparavant, les ressources pour devenir autodidacte étaient limitées, il en est autre aujourd’hui. L’époque moderne met désormais à disposition une profusion de nouvelles technologies et de connaissances permettant à tous de se perfectionner facilement dans un domaine donné. Et un des terrains sur lesquels ces ressources et ces informations fusent : internet. En ligne, on trouve de tout : des recettes de cuisine, des conseils santé, mais pour ce qui nous intéresse, des tutos pour apprendre le piano seul.

Ceci dit, qu’entend-on par tutoriel ?

Grosso modo, un tuto, c’est une vidéo expliquant les étapes à suivre pour réaliser quelque chose. Dans notre cas, il s’agit de vidéos détaillant les étapes pour apprendre le piano facilement. Celui-ci est créé, monté et publié en ligne par des passionnés de piano. Il montre des jeux décortiqués de sorte à exposer les notes à jouer sur l’instrument et les doigtés à utiliser.

Sur le média social YouTube, vous trouverez 2 types de tutoriels piano. Le premier affiche en couleur les notes à jouer. Le second montre les mains du pianiste en train d’appuyer les touches de l’instrument.

Ces tutoriels peuvent aider à maîtriser rapidement des morceaux de piano. Cependant, si vous recherchez des mélodies très spécifiques, ce n’est pas la bonne adresse.

Il vous faudra également choisir le bon tuto de piano YouTube pour arriver aux résultats escomptés. Le mieux est de sélectionner des vidéos lentes pour que vous ayez le temps d’observer les mouvements de doigts.

 

Quel type de piano pour un débutant autodidacte ?

Pour bien apprendre le piano en autodidacte, encore faut-il avoir l’instrument sous la main pour s’exercer. À part en acheter un qui soit onéreux et encombrant, il existe d’autres alternatives tout aussi intéressantes, un bon piano pour apprendre.

Vous pouvez notamment acheter un piano à queue ou droit. Ces modèles offrent l’avantage de livrer des sons de qualité. Néanmoins, leur prix peut éventuellement rebuter certains. Mais de ces deux variétés, le piano droit s’avère quand même plus accessible avec ses 200 à 900 €.

Sinon, il existe l’option du piano de voyage. Celui-ci plaît pour son côté compact et son prix abordable. Il se plie à la manière d’un tapis. C’est un modèle électronique. Il convient aux petits budgets avides de sons mélodieux.

Pour ceux qui ont un budget plus que restreint, ils peuvent s’en remettre aux pianos virtuels en ligne. Certes moins pratiques qu’un vrai piano, ils sont tout de même utiles pour s’exercer. Ils s’avèrent d’une précieuse aide en dépit du fait qu’ils se servent du clavier de l’ordinateur pour support de jeu. Ils s’associent généralement à un site pour faire de la musique avec son clavier.

Dans vos derniers retranchements, rien ne vous empêche d’utiliser des pianos publics, Vous pourrez en trouver dans les gares ou dans les bars et les bistrots.

 

Se choisir un style musical pour axer son apprentissage du piano

Quiconque commence le piano doit savoir qu’essayer de tout jouer au début est contreproductif. C’est totalement inutile quand on souhaite s’améliorer rapidement. Pour cause, chaque style musical s’affilie à des techniques de jeu bien spécifiques. C’est valable qu’il s’agisse de Jazz, musique classique, variété française, Blues, etc. Ces variations se réfèrent tant à la rapidité du jeu, le rythme piano, les accords et bien d’autres. Si vous essayez de jouer différentes « vibes » dès le départ, vous vous y perdrez assurément. Résultat des courses : vos efforts seront vains.

Ce que nous vous conseillons : relaxez-vous avec le meilleur vin blanc du moment. Puis, choisissez un seul style et focalisez-vous dessus. Sélectionnez les morceaux en adéquation avec votre choix. Il est tout de même à préciser que ce choix doit se faire en temps en heure. L’idéal serait de commencer par maîtriser les gammes et les accords avant de vous décider.

 

« Google est ton ami » : les meilleurs sites pour apprendre le piano seul

En plus des tutos, internet regorge de plateformes proposant des guides, des conseils et des astuces pour s’initier seul au piano. Celles-ci fournissent les meilleurs cours de piano en ligne. Il s’agit notamment de sites spécialisés détenus par des professeurs de piano ou de simples passionnés chevronnés. Certains de ces sites sont plus vieux que les vidéos publiées sur YouTube.

Pour en dénicher un qui soit fiable, prenez le temps de scruter le site dans ses moindres détails. Vous devrez aussi enquêter un peu son auteur. En règle générale, un professeur est plus enclin à fournir les secrets pour maîtriser cet instrument tandis qu’un passionné offrira plutôt des conseils.

Parmi les meilleures références de la toile, nous vous proposons : IMusic School, Je Joue du Piano, Piano Web, Methode Bernachon, Un Pianiste, Debuter au Piano ou encore Piano Facile. Même si ces sites ne valent pas un cours magistral des conservatoires et des écoles de musique de renom, ces sites pour apprendre le piano en ligne fournissent tout de même des enseignements gratuits et accessibles à tous.

 

Les livres pour apprendre le piano sans professeur : est-ce possible ?

Internet constitue de nos jours un puits d’informations sans fond. Quelques clics et on y obtient des milliers de références sur une recherche donnée. Pour le piano, on y trouve des tutos, des applications pour apprendre le piano ainsi que des sites d’apprentissage. Ces derniers s’avèrent très utiles pour progresser rapidement. Cependant, il n’y a pas que le Web pour disposer d’éléments pélagiques sur le piano. On peut toujours s’en remettre aux livres. On parle plus précisément de manuels. Ces derniers sont généralement disponibles en différents niveaux. Pour ceux qui commencent, ils peuvent se procurer des livres pour débutants. Ces derniers renseignent normalement sur les rudiments du solfège, les gammes et les accords. Ils fournissent éventuellement divers exercices de pratique ayant pour but de fluidifier la coordination des mains.

Parmi les livres de référence pour apprendre le piano adulte et pour les néophytes, on dénote :

 – Exercices de piano pour les Nuls de David Pearl

 – J’apprends le piano de Christophe Astie

 – Le piano sans professeur de Roger Evans et de Christine Balt

 – Le piano pour les Nuls de Marc Rozenbaum

 – Objectif piano d’Aline Sans

 – Piano pour adulte débutant de Thierry Masson et Henri Nafilyan

 – Méthode de piano débutant de Charles Hervé et Jacqueline Pouillard

Pour trouver ces livres et ces méthodes, vous pouvez demander auprès des bibliothèques, des magasins, des boutiques de musique ou sur des sites marchands d’occasion sur Internet.

Le solfège pour apprendre le piano : est-ce vital ?

A le définir, le solfège demeure le langage de la musique. Il sert à retranscrire la musique dans ses moindres détails : tempo, notes, rythmes, etc. Il permet ainsi à un musicien d’interpréter un air sans avoir forcément entendu la mélodie d’origine.

Mais en dépit de son utilité, ce langage s’avère compliqué à mémoriser et à maîtriser. Ce qui explique pourquoi bon nombre d’apprentis jettent rapidement l’éponge quand ils passent par cette case. Ils se découragent face aux longues heures requises pour apprendre le solfège.

Mais fort heureusement, ce n’est plus indispensable pour apprendre le piano. Au lieu d’apprendre le solfège seul, vous pouvez à la place vous concentrer sur les tablatures. Ces dernières communiquent les accords à jouer, qu’ils soient en arpège ou non. Sinon, on peut aussi se contenter des vidéos en ligne pour s’initier au piano.

Le solfège n’est fondamental que si vous aspirez à devenir une virtuose du piano ou si vous projetez de jouer dans un groupe de musiciens.

 

Exemples de morceaux de piano parfaits pour débuter

Hormis les comptines d’enfants, débuter revient à s’exercer régulièrement sur des morceaux adaptés. Parmi les chansons populaires les plus faciles à maîtriser, on dénote celles des artistes ci-après : Renaud avec son Mistral Gagnant, The Beatles et leur Let It Be, Céline Dion avec My Heart Will Go On, Erik Satie avec la Gymnopédie n°1, Leonard Cohen avec Hallelujah, Beethoven et La Lettre à Elise, Nina Simone avec My Baby Just Cares For Me, Radiohead et leur No Surprises, John Lennon avec Imagine, Aerosmith et leur Dream On, Yann Tiersen et plus particulièrement la Comptine d’un Autre Eté, Supertramp avec Breakfast in America, Rolling Stones avec leur Angie, Adele avec Someone Like You, puis Amy Winehouse avec son Back to Black.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments