Dernière mise à jour: 29.11.21

 

La flûte de pan reste encore un instrument de musique méconnu dans certains pays, comme l’Hexagone. Toutefois, de nombreux artistes à travers le monde entier s’y sont intéressés et en font même leur instrument de prédilection.

 

Fanica Luca

Fanica Luca s’affiche à la tête de la liste des plus célèbres artistes utilisant cet instrument de musique qui sort un peu de l’ordinaire. Il s’y attache trop qu’il a fini par procéder au balisage des chemins de la flûte de pan. Il ne se sépare jamais de son compagnon et a même partagé ses expériences dans les quatre coins du monde. Il a ainsi été le pionnier en exportation de cet instrument en Europe et dans de nombreux autres pays.

Il a aussi partagé ses prouesses dans l’utilisation de cet outil en créant une école pour les amateurs. Cette initiative a été poursuivie par ses élèves. Fanica Luca est alors le père de flûte de pan, malgré le fait qu’il reste, jusqu’à présent, méconnu des novices de l’instrument. Parmi ses élèves, l’on distingue Radu Simion, Damian Luca, Nicolae Pirvu et Gheorghe Zamfir. Ils sont devenus des musiciens talentueux qui ont participé massivement à l’essor de l’école roumaine de flûte de pan. Ils se sont ainsi apprêtés à hisser l’instrument, pour qu’il décroche une renommée internationale.

Ce père de la flûte de pan a pu créer de nombreux titres à l’aide de son instrument favori, dont les plus célèbres sont Olteanul La Drum, Rang Lecture, Doină din Ardeal, Ursitoare, ursitoare ou encore În grădina lui Ion.

 

 

Gheorghe Zamfir

Élève brillant de Fanica Luca, Gheorghe Zamfir a aussi participé à l’exportation de l’instrument auprès des musiciens français, et cela, avec l’aide de Marcel Cellier, un organiste. Il se faisait remarquer dans l’univers musical avec son discours basé spécialement sur l’art de la Doina. Il a pu mettre l’accent sur son propre style, grâce au jeu de timbre et des effets. S’il est considéré par les flûtistes amateurs comme référence, c’est qu’il a bel et bien maîtrisé l’instrument. En effet, il a pu jouer sur divers styles jusqu’à réaliser de la modulation du son.

Avec Marcel Cellier, les deux artistes ont monté ensemble le duo flûte de pan et orgue. D’ailleurs, le fruit de leur collaboration a laissé un bon souvenir immortalisé dans l’histoire de la musique folklorique roumaine et a même envahi les esprits. À noter que l’ensemble flûte de pan et orgue a pu capter l’attention de nombreux musiciens. Ce n’est donc pas étonnant si le nom de Zamfir est toujours mentionné lors des dialogues et débats entre les flutistes professionnels. Il est même considéré comme étant un marqueur d’influences dans le domaine. Son nom, notamment ses œuvres, fait partie des raisons pour lesquelles de nombreux artistes de nos jours misent sur la flûte de pan. 

Ce musicien et compositeur roumain n’hésitait pas à laisser libre cours à son imagination par rapport à l’utilisation de l’instrument. Il a ainsi apporté quelques retouches à l’aide des minuscules bambous chinois afin d’obtenir une meilleure flûte de pan. Avec cette idée, il cherchait à augmenter le nombre de tons pour faire voir le jour à un instrument plus moderne. Pour ce faire, il a donc revisité le naï de 20 à 30 pipes. 

 

Ulrich Herkenhoff

Cet artiste indépendant s’intéresse à ce genre d’instrument dès son adolescence. Il faisait partie des simples fans de Gheorghe Zamfir qui aime bien l’idée d’apporter des innovations sur le naï. Il a donc fabriqué sa toute première flûte avec des cannes de bambou qu’il avait achetées auprès d’une fleuriste. Il se serait familiarisé tout seul avec son outil préféré en autodidacte, mais à l’aide des enregistrements de Marcel Cellier et de Zamfir.  

Quelques années plus tard, il a rencontré un professeur pouvant l’accompagner dans la réalisation de son rêve de devenir artiste de flûte de pan. Puis, il a pu élargir petit à petit son horizon et a fini par contacter l’organiste Marcel Cellier. Celui-ci n’hésitait pas à jouer un air pour lui à distance. 

Ulrich Herkenhoff mise sur ses talents créatifs en construisant ses propres flûtes. Il devient même un créateur de ce type d’instrument et commercialise des modèles signés Uliza.

 

Los Kjarkas

Ce groupe de musique folklorique a vu le jour en 1965 à l’initiative des aînés des frères Hermosa de la région de Cochahamba. Musiciens dès leur jeune âge, tous les membres réunissent leurs talents pour le constituer. Après quelques années, les fondateurs ont laissé le flambeau à leurs jeunes frères, dont Gonzalo, Elmer et Ulises. Le groupe ne s’attarde pas à connaître le succès. En 1984, il faisait partie des participants à un concours international de musique qui avait eu lieu au Japon. À l’époque, il a décroché la septième place parmi des milliers d’artistes. Le groupe est alors reconnu sur le plan international.  

 

Avec leur notoriété, les Kjarkas deviennent un groupe référence de la musique bolivienne moderne. Ils se basent sur l’instrumentation et la rythmique traditionnelle des Andes en y apportant des touches romantiques. Parmi les titres marquant leur succès, l’on distingue El arbol de mi destino, Tiempo al tiempo, Wayayay, Jilguero Flores et Imillitay.  

 

 

Michel Tirabosco 

Qui ne connaît pas Michel Tirabosco, le flutiste célèbre dans le monde et à travers les pays francophones ? Il n’a pas eu de professeur spécialisé dans le domaine dans ses premiers pas dans la flûte de pan. Bien au contraire, il a été accompagné par un professionnel de flûte traversière. Mais il a su s’inspirer de cet enseignement équivalent pour maîtriser l’utilisation de cet instrument spécial.

Tirabosco a joué sur une technique particulière pour utiliser à sa façon la flûte de pan. Selon lui, le son, la justesse et la précision technique sont des maîtres mots. Ils constituent les bases fondamentales ouvrant vers le développement avant de procéder à une interprétation. 

Il a également participé à différentes formations lui permettant de développer ses talents en orchestre, ensemble à vent, musique de chambre avec pianiste, harpiste, etc. Sa reconnaissance internationale lui a permis de participer à de nombreuses prestations en Russie, au Liban, en Amérique du Sud… . 

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

La flûte de pan est un instrument assez complexe à maîtriser. C’est pourquoi il est aussi important de bien choisir le modèle lorsqu’on débute. Pour ce faire, nous vous proposons dans cet article quelques astuces et conseils pour choisir votre flûte de pan pour débutant.

 

La flûte de pan pour débutant suivant le budget

Au début, la maîtrise du souffle est très importante et ce n’est pas facile à acquérir. C’est pourquoi il faut opter pour une flûte pas chère. Cette dernière vous permettra de vous perfectionner par rapport à la respiration et votre posture. La position de votre corps est en effet très importante. Correctement respectée, elle permet de dégager vos voies respiratoires et de canaliser votre respiration.

Ainsi, une flûte d’étude est suffisamment légère pour un débutant. Prévoyez environ un peu plus de 200 euros pour l’acquérir. Gardez en tête que les flûtes de pan pour les professionnels peuvent valoir plus de 2 000 euros. Vous devez donc travailler et prendre patience avant d’acheter ce type d’instrument hors de prix. Cette différence de coût vient de la qualité des matériaux utilisés. Les flûtes de pan les plus haut de gamme sont faites dans un morceau de bois unique en ébène ou en acajou, ce qui explique la flambée des prix.

Vous avez ici une liste des meilleures offres pour trouver l’instrument qu’il vous faut.

 

 

La flûte de pan pour débutant suivant la tonalité

Il faut savoir que les flûtes de pan peuvent avoir différents nombres de trous et aussi diverses longueurs. Cela influe beaucoup sur le type de son produit. Pour commencer, choisissez la tonalité en fonction de la musique que vous voulez jouer. Si vous préférez jouer uniquement du folklore, il est conseillé de choisir une flûte en sol. C’est celle qui est adaptée aux débutants, car elle est plus petite et plus légère que les autres. Elle permet ainsi une meilleure facilité de prise en main pour apprendre à maîtriser l’instrument.

Les flûtes en sol alto sont néanmoins parfaites pour jouer dans un style roumain. Mais si vous voulez commencer par du classique, vous devez opter pour une flûte en ténor en Do. Cette dernière est relativement standard et vous permet de jouer plusieurs types de musiques comme du folklorique, du classique, du jazz, mais aussi des airs contemporains.

 

La flûte de pan pour débutant selon le nombre de tubes

Selon le modèle, la flûte de pan est composée d’un nombre de tubes différent. Cela influe bien entendu sur sa morphologie. Pour un débutant, il est conseillé de choisir les modèles avec 18 à 22 tubes. Celles qui en ont 26 sont plutôt des modèles ténors, de plus grand calibre. Les flûtes basses, dites Baryton, sont destinées à un utilisateur plus expérimenté. 

N’oubliez pas qu’il faut s’habituer à souffler dans des tubes médiums avant d’essayer ceux qui sont plus profonds. Notez que plus il y a de tubes, plus la maîtrise est compliquée. Choisissez donc des modèles avec au plus 18 tubes pour faire vos débuts.  

 

 

Choisir en fonction de la marque

Pour un débutant, même si vous ne voulez pas vous offrir un instrument haut de gamme, la qualité est toujours nécessaire. Les flûtes de pan Gibonus, fabriquées en Pologne et distribuées par Gilles Patrat sont des produits de qualité. En plus d’être fabriquées dans du bois traité, elles subissent également un traitement contre les moisissures pour une plus longue durée de vie. Elles sont également disponibles dans des tailles et des tonalités différentes, c’est pourquoi vous pouvez y trouver un modèle pour débutant. Les flûtes de cette marque sont accordées avec un système de piston au fond des tubes pour une meilleure sonorité. Elles coûtent environ 250 euros, ce qui est assez abordable sur le marché de la flûte de pan. Vous pouvez l’équiper d’une housse et d’un étui que vous trouverez chez la même marque.

Les modèles de Steffen Kuttner Panflotenbau quant à eux sont fabriqués dans du bambou d’excellente qualité. Disponibles sur leur site officiel, ce sont des flûtes de pan d’études qui sont particulièrement conçues afin de faciliter l’émission du son. Ce sont ainsi des modèles adaptés pour les débutants. D’ailleurs, les flûtes de pan de cette marque restent très légères tout en émettant un excellent son. Lorsque vous attendrez un niveau de maîtrise plus poussé, vous pouvez y commander des flûtes de pan sur mesure, selon vos propres indications. 

Les flûtes de pan de Preda Panflutes sont également d’une excellente qualité. Elles sont fabriquées dans la pure tradition roumaine. Elles sont très populaires auprès des flûtistes professionnels. La marque propose une large gamme de flûtes avec des tonalités et des tessitures variables. Elle a également des modèles en Cuivre, les premiers du marché. Elle propose aussi des flûtes électroacoustiques avec des systèmes de micros directement intégrés. 

ULITZA Panflöten est une marque de flûte très connue sur le marché. Elle ne sort que quelques modèles par an, ce qui augmente considérablement leur valeur. Les flûtes de cette marque sont bien biseautées et possèdent une qualité sonore optimale. C’est d’ailleurs sur ce point que la marque insiste le plus, outre la facilité d’utilisation. La marque ULITZA Panflöten attache aussi une importance particulière à la facilité d’émission.

Enfin, il y a les Flûtes Antonio Tirabosco. Cette marque fabrique et répare les instruments en même temps. Elle les affine également et peut les personnaliser sur commande. Les flûtes de cette marque sont fabriquées avec du bambou de qualité. Néanmoins, celle-ci ne commercialise des modèles qu’en fonction des arrivages de bambou frais. Cela rajoute en plus une qualité considérable aux divers articles qu’elle produit.

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour apprendre à jouer de la flûte de pan. Vous savez quel instrument est adapté à un débutant ainsi que les grandes marques pouvant offrir le meilleur matériel. N’oubliez pas de prendre des cours auprès d’un professionnel pour de meilleurs résultats. Même si vous avez un excellent instrument, si vous ne savez pas comment y jouer, cela ne sert à rien. 

 

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

Même si elle séduit un grand nombre de musiciens professionnels et amateurs, la trompette est probablement l’un des instruments de musique dont l’apprentissage est assez ardu. En effet, maîtriser cet instrument requiert des efforts physiques, mentaux et vocaux. Vous pouvez vous faire une idée sur la difficulté de cette pratique en parcourant cet article.

 

En quoi cet instrument est-il si difficile ?

Généralement, quand on regarde les trompettistes jouer leur instrument, on est fasciné. On ne se rend pas du tout compte des travaux que cela nécessite de produire du son avec cet instrument à vent. En regardant les musiciens, le jeu paraît si facile. Son design semble confirmer nos pensées. Effectivement, il ne dispose que de trois pistons. Dans la pratique, c’est loin d’être aussi simple. Pour produire les bonnes notes et donner des nuances aux sons, jouer cet instrument de musique requiert de gros travaux. Ces derniers sont laborieux et prennent du temps.

 

1-  Le manque de maturité physique

Avant de vous décider à jouer cet instrument à vent, vous devez d’abord vous demander si votre condition physique vous le permet. En effet, sa pratique requiert que vous soyez capable de maîtriser votre souffle. Ce qui exige un savoir et un contrôle précis. L’émission de l’air vous permet de mettre une pression avec un flux suffisamment fort ou lent, et ce de manière continue. C’est grâce à cette capacité que votre instrument pourra produire des sons de qualité.

Seulement pour y parvenir, vous devez pouvoir combiner, mais aussi synchroniser le développement des muscles de vos lèvres et de votre bouche à ceux de votre diaphragme. Sachez que de nombreux jeunes amateurs de trompettes même dotés de plusieurs années de pratiques ont du mal à exécuter cette combinaison et cette synchronisation de manière continue. Par conséquent, ils ont du mal à jouer les notes les plus élevées. Dans la pratique, certaines d’entre elles requièrent parfois la même pression d’air qu’un pneu gonflé. D’où l’importance de la maturité physique.

 

 

2-  Le manque d’une bonne puissance au niveau sonore

Contrairement aux autres instruments de musiques, celui-ci ne se joue pas avec calme et douceur. Au contraire, chaque joueur doit émettre une sonorité forte et puissante. La raison est simple, un trompettiste joue en général sur le thème. Le public doit pouvoir entendre et comprendre chaque note. En d’autres termes, les spectateurs pourront constater facilement lorsqu’il y a de mauvaises notes. De ce fait, vous devez être capable de mettre de la précision dans votre manière de jouer tout en renforçant avec la puissance dans votre jeu.

Dans le cas contraire, attendez-vous à faire des fausses notes ou à ce que votre instrument ne produise pas la mélodie initiale. Sachez que cet instrument de musique diffère grandement des bassons. Même si vous commettez des fausses notes en jouant avec ce dernier, votre public n’en saura rien. Seuls les experts de cette pratique peuvent s’apercevoir de l’erreur que vous avez commise.

 

3-  Un trompettiste est toujours à découvert

Certains instruments de musique vous permettent de ne pas être au-devant de la scène. À titre d’exemple, prenons le cas des tubistes. Ces musiciens peuvent se prélasser ou se cacher derrière leur instrument sans que personne ne s’en aperçoive. Ils peuvent y engager une longue discussion ou s’y endormir.

 

Ce qui n’est pas le cas d’un musicien-trompettiste. Votre instrument de musique ne vous permet pas de vous cacher ou de faire une petite sieste en plein concert ou lors d’une répétition. Vous devez en tout temps adopter une bonne position. Vous devez être prêt à jouer à tout moment. En conséquence, vous ne pouvez pas vous offrir le luxe de vous relâcher au risque de dégrader la qualité sonore produite par votre trompette ou bien de manquer de souffle pour les morceaux composés des notes aiguës.

 

4-  Le manque de concentration lors du jeu

La concentration est l’un des éléments clés pour produire des sons précis et clairs et spécialement pour atteindre les notes les plus élevées. En effet, un trompettiste fait appel à son air pour émettre de longues phrases musicales douloureuses et lentes. Ainsi, vous ne pouvez en aucune manière vous permettre de vous distraire. Pour disposer du souffle nécessaire pour reproduire un titre particulier, vous devez être en mesure de soutenir un long et puissant souffle. Si tel n’est pas le cas, la pression d’air émis manquera de puissance et la sonorité voulue ne sera pas atteinte.

 

Jouer cet instrument à vent est un travail ardu qui se poursuit dès l’apprentissage et même jusqu’au niveau professionnel. Alors quel que soit votre niveau, vous devez faire preuve d’une bonne maturité, d’un self contrôle et bien vous concentrer sur un morceau. Ajouté à cela, vous devez être en mesure de jouer naturellement avec votre air. Sinon, vous risquez de ne pas pouvoir soutenir le souffle nécessaire pour jouer un titre précis.

 

 

5-      Lèvres peu musclées

Comme nous l’avons déjà abordé ci-dessus, la musculation des lèvres est très importante pour les joueurs d’une trompette. Cela va sans dire que pour réaliser avec succès les passages hauts, parfois forts ou laids que les compositeurs ont tendance à imposer aux trompettistes, vous devez disposer de lèvres bien musclées. Dans le cas contraire, il vous est impossible de jouer un titre jusqu’au bout surtout si vous avez affaire à un morceau difficile. À noter que la musculation des lèvres est un travail complexe et délicat. Elle requiert du temps, beaucoup de patience et de nombreuses pratiques.

Vous devez bien maîtriser le doigté de votre trompette. Cette dernière ne possède très peu de pistons. Ce qui rend le jeu assez complexe. Pourtant on attend de vous, en tant que trompettiste, que vous soyez capable de jouer les mêmes phrases musicales que les autres musiciens. Vous devez également veiller à jouer à la même vitesse que ces derniers. C’est la raison pour laquelle certains morceaux nécessitent une plus grande préparation lorsque vous le jouez avec cet instrument à vent.

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

Le maintien de la trompette ainsi que le souffle sont les deux principaux éléments que vous devez maîtriser pour améliorer la qualité de votre jeu. S’ils s’acquièrent au fur et à mesure que vous pratiquez, vous pouvez y parvenir rapidement avec les bonnes techniques. Voici un article qui traite justement de ce sujet.

 

Qu’en est-il de la tenue de votre instrument ?  

Si vous souhaitez progresser dans l’apprentissage de cet instrument à vent, vous devez vous servir de votre main gauche pour le maintien de votre instrument. Pendant ce temps, votre main droite se chargera d’exécuter le doigté. Abordons chaque étape de manière plus précise dans les paragraphes suivants :

 

 

Étape 1 : Positionnez votre main gauche

Faites usage de votre main gauche pour tenir votre instrument de musique avec fermeté. Pour cela, servez-vous de ses trois pistons et de chacun de vos doigts. Ainsi, utilisez votre pouce pour appuyer le premier piston aussi bien au-dessus qu’au-dessous de la première coulisse. À présent, faites appel à vos trois doigts, dont le plus petit, votre majeur et votre index, pour soutenir le troisième piston situé juste au-dessus de la troisième coulisse. Veillez à ce que votre annulaire soit positionné derrière le troisième piston qui se trouve en dessous de la troisième coulisse.

 

 

Étape 2 : Placez les doigts de votre main droite

S’agissant de votre main droite, veillez à placer sur le premier piston votre index, sur le deuxième votre majeur et enfin sur le troisième votre petit doigt. Faites attention à ce que votre annulaire soit bien placé dans le crochet conçu à cet effet. Enfin, placez votre pouce droit sur le premier piston localisé au-dessus de la première coulisse de votre instrument.

Pendant votre jeu, vous devez veiller à garder baissés les pistons situés entre la première et la deuxième phalange. Pour assurer un bon maintien de votre trompette, vous ne devez surtout pas les baisser en vous servant du milieu ou du bout de vos doigts. En outre, votre instrument doit rester bien horizontal. Dans certains cas, vous pouvez le maintenir légèrement baissé.

 

Comment travailler le souffle ?

La qualité sonore de votre instrument de musique dépend principalement de votre capacité à produire le souffle nécessaire pour atteindre les notes du morceau joué. Pour cela, vous devez être en mesure de contrôler votre respiration.

 

Étape 1 : Présentation simplifiée de la technique de respiration

Le trompettiste doit être en mesure de stocker dans une réserve une quantité d’air maximale, et ce sous pression. Cet air sera déversé vers l’embouchure de la trompette par une canalisation souple. Il passera ensuite par une sorte d’orifice de sortie dont les dimensions sont très petites.

De ce fait, pour faire parvenir le maximum d’air dans cet instrument à vent, il faut une pression très élevée poussant l’air de la réserve vers l’orifice jusqu’à l’embouchure. La pression doit être telle que la canalisation susmentionnée ne doit en aucun cas être bouchée ou faire l’objet d’un rétrécissement.

 

Étape 2 : Présentation des éléments contribuant à la respiration

D’abord, vous avez l’orifice. C’est un trou minuscule qui se trouve entre les lèvres jointes. C’est par celui-ci que le musicien-trompettiste arrive à jouer et à produire une note aiguë. Pour ce faire, serrez vos lèvres l’une contre l’autre. Elles ne doivent pas servir d’appui à l’embouchure de votre trompette. Pour atteindre ce résultat, vous devez jouer en faisant attention à ne pas crisper vos lèvres. Ces dernières doivent rester souples et bien tendues.

Ensuite, vous avez la canalisation. Elle est constituée de la bouche, du larynx et de la cage thoracique. Pour éviter qu’elle ne se rétrécisse, vous devez autant que possible dilater votre larynx. Pour cela, gardez votre cou gonflé. C’est une technique que vous n’aurez aucune difficulté à réaliser à condition que vous restiez bien détendu. Les tensions et la crispation sont néfastes et risquent grandement d’altérer le bon écoulement de l’air. Enfin, vos poumons constituent la réserve d’air.

La technique respiratoire habituelle ne permet pas de stocker la quantité suffisante d’air et d’émettre la pression nécessaire. Par conséquent, vous devrez faire appel à une autre méthode respiratoire.

 

Étape 3 : Présentation de la respiration via le diaphragme

Pour souffler correctement dans cet instrument à vent, la méthode de respiration par diaphragme est la meilleure solution. Elle vous permet d’émettre une sonorité claire et pleine sans trop fatiguer vos lèvres.

Cette technique se traduit par la contraction de votre diaphragme aboutissant à l’augmentation de votre capacité pulmonaire tout en permettant d’obtenir un effet de pression. Pour exécuter cette respiration, vous devez veiller à ce que votre cage thoracique ne se soulève pas. C’est la même méthode respiratoire que lorsque vous êtes couché sur votre lit. Vous devez juste la pratiquer en position debout. Ce qui la rend assez difficile à réaliser. Pour y parvenir, vous devez vous exercer régulièrement. 

 

 

Comment mettre cette technique de jeu en pratique ?

Elle est efficace. Seulement, vous devez la pratiquer quotidiennement pour l’exercer naturellement lorsque vous jouez.

 

Étape 1 : Adoptez les bonnes postures

Une fois votre trompette en main, placez-vous bien droit en gardant votre poitrine dégagée. Quoiqu’il arrive, vous devez obligatoirement rester détendu. Vous ne devez surtout pas avoir les épaules soulevées ou le dos voûté.

Faites attention à ce que vos lèvres soient bien posées sur l’embouchure de votre instrument de musique avant d’attaquer le son. Une fois que vous avez inspiré, passez à l’attaque sonore tout en veillant à bien garder votre abdomen gonflé et votre cou dilaté.

 

Étape 2 : Respirez en utilisant votre diaphragme

Après avoir levé votre instrument à vent près de vos lèvres, respirez calmement avec votre bouche. Stockez tout l’air que vous avez aspiré dans vos poumons. Puis, fermez votre bouche. Placez l’embouchure de votre instrument de musique sur vos lèvres de sorte que vous puissiez mettre entre vos dents le bout de votre langue. Cela fait, soufflez. Vous pouvez avoir du mal à exécuter cette technique au début, mais avec de la pratique vous y parviendrez naturellement. 

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

Vous souhaitez apprendre à jouer de la trompette. Vous vous êtes donc fait plaisir en vous offrant votre instrument de musique à vent. Il ne suffit pas de jouer, vous devez également l’entretenir pour vous permettre une bonne longévité d’usage et une excellente qualité sonore. Trouvez dans cet article des méthodes d’entretien faciles à réaliser.

 

Astuce 1 sur 3 : Quid des gestes à adopter pour entretenir cet instrument ?

 

Étape 1 : S’équiper des accessoires utiles pour le nettoyage

Que vous disposiez d’une trompette pas chère ou d’un modèle haut de gamme, son entretien nécessite quelques accessoires essentiels. Ces derniers vous permettent de nettoyer chaque partie de votre instrument à vent. En général, vous aurez besoin de chiffons doux, d’essuie-tout et d’un grand torchon d’une part.  D’autre part, un écouvillon d’embouchure et de trompette pour les coulisses vous sera utile. Ensuite, vous devez vous munir d’un peu d’huile pour l’entretien des pistons ainsi que de la graisse. Celle-ci sera utilisée pour entretenir la coulisse d’accord. Puis un récipient dans lequel vous allez ranger les pièces de votre instrument de musique. Enfin, équipez-vous de gants de préférence blancs. Ils vous serviront à lustrer votre appareil.

 

Étape 2 : Des conseils pratiques avant l’entretien

Lors du nettoyage de votre instrument de musique à vent, la prudence est de mise. Effectivement, un accident peut survenir vous laissant avec une trompette abîmée. Pour éviter ce genre de situation, ne nettoyez votre instrument que lorsque vous êtes seul. Vous ne risquez pas alors d’être dérangé par une tierce personne. Pensez aussi à effectuer votre opération d’entretien sur une table. Veillez à ce qu’elle soit éclairée et bien stable. Faites très attention à vos pistons. Ils ne doivent ni être grattés ni être frottés au risque d’altérer sa sonorité.

 

 

Astuces 2 sur 3 : L’entretien hebdomadaire

 

Étape 1 : L’huilage des pistons

Il s’agit de mettre de l’huile sur les coulisses mobiles et les pistons. Profitez-en également pour nettoyer l’embouchure de votre trompette ainsi que de la branche de celle-ci. Pour ce faire, servez-vous d’une huile spécialement conçue pour ces pistons. Si pour des raisons quelconques, vous ne pouvez pas vous procurer ladite huile, une autre alternative est d’utiliser celle des lampes destinées à la décoration. L’un de ses inconvénients est qu’elle s’évapore rapidement. Par conséquent, vous devez renouveler l’opération fréquemment. Elle peut aussi entraîner le dépôt de résidu. Ce dernier altère la vélocité de vos pistons et vous oblige à effectuer un nettoyage approfondi de votre instrument de musique.

 

Étape 2 : L’entretien de l’embouchure

Pour bien la nettoyer, munissez-vous d’un écouvillon spécialement adapté pour cette opération. Il est principalement de forme conique et est disponible dans la plupart des vendeurs de trompettes. Ensuite, utilisez un détergent, un savon et de l’eau pour la frotter. Vous pouvez remplacer le savon par un liquide vaisselle. Cessez le frottement lorsque l’intérieur de la queue de votre embouchure est brillant. 

Poursuivez ensuite par le nettoyage de la branche de cette dernière. Pour ce faire, vous enlevez tout simplement la coulisse d’accord et refaites les mêmes gestes énoncés ci-dessus. Par contre, vous devez utiliser un écouvillon cylindrique doté de poils durs. 

 

Étape 3 : Nettoyage selon le modèle de trompettes

L’entretien de cet instrument à vent peut être différent selon le modèle que vous possédez. Primo, le nettoyage d’un instrument verni est le plus facile à réaliser. Vous aurez juste besoin d’eau tiède et savonneuse. Après le nettoyage, rincez-le bien avant de le laisser se sécher. Concernant l’instrument à vent argenté, vous pouvez utiliser la même méthode. Seulement, elle ne permet pas d’enlever les taches noires. 

Vous pouvez faire disparaître ces dernières en vous servant d’un récipient de préférence en plastique. Il doit être suffisamment grand pour accueillir votre instrument. Recouvrez ce dernier d’eau tout en plaçant une feuille d’aluminium ménagée à l’intérieur. Remplissez-le ensuite d’eau chaude dans laquelle vous avez préalablement ajouté du bicarbonate de soude. Laissez tremper et enlevez votre trompette lorsque les traces n’y sont plus.

 

 

Astuce 3 sur 3 : Le nettoyage semestriel

 

Étape 1 : L’usage d’un « serpent »

Une fois tous les six mois, pensez à nettoyer profondément votre instrument de musique à vent. Ce type d’entretien vous permet de garder les coulisses d’accord en bon état et de minorer les dépôts localisés à l’intérieur de votre instrument. Pour cette étape, utilisez un écouvillon spécial appelé « serpent ». Procurez-vous de l’eau tiède. Elle ne doit pas dépasser les 40°C au risque d’abîmer les vernis. Veillez à ce que l’eau puisse traverser votre instrument.

Lorsqu’elle sort de la branche de l’embouchure, pressez les coulisses et les trois boutons en même temps. Cela vous permet de les garder fixés pendant que vous laissez votre instrument à vent sous l’eau pendant encore quelques minutes de plus. Le mieux est de réaliser cette opération dans votre douche.

 

Étape 2 : Utilisez un liquide vaisselle

Versez du liquide vaisselle dans son pavillon avant le placer une nouvelle fois sous l’eau. Pour terminer, chassez celle restante en soufflant dans la branche d’embouchure. Normalement, les débris devraient sortir. Si tel est le cas, votre nettoyage est une réussite. Vous pouvez alors enlever la coulisse d’accord. Servez-vous d’une source de lumière pour voir si l’intérieur brille. Dans le cas où des dépôts d’oxydation sont présents, vous devez rapidement les traiter avant qu’il n’atteigne l’intérieur du métal.

Utilisez un écouvillon à poils durs que vous aurez préalablement trempé dans un produit permettant de rendre les cuivres brillants. Frottez ensuite jusqu’à ce que les traces d’oxydation disparaissent.

Attention, veillez à ne pas laisser l’extérieur de la branche en contact avec ledit produit. Il peut altérer l’argenture ou le verni de votre instrument de musique.

 

Étape 3 : Démontez votre instrument à vent

Pour enlever les graisses restant sur les coulisses, vous devez démonter votre instrument. Vous passez ensuite votre serpent dans chaque orifice des pistons et dans les tubes. Puis, rincez-les. Essuyez bien votre instrument puis mettez de la graisse sur les coulisses et remontez votre trompette.

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

La trompette fait partie de la famille des instruments à vent. Elle attire des personnes de tout âge. Son apprentissage est cependant soumis à quelques conditions aussi bien physiologiques que mentales. Si la pratique de cet instrument de musique vous intéresse, trouvez dans cet article les réponses à vos questions.

 

L’apprentissage de la trompette : à quel moment débuter ?

Comme tout instrument de musique, la trompette peut être pratiquée par toute catégorie de personnes, qu’elle soit un musicien confirmé ou un débutant dans l’univers de la musique. Pour les jeunes et les adultes, l’apprentissage de cet instrument à vent est ouvert aux personnes de tout âge.

En ce qui concerne les enfants, la pratique de la trompette est fonction de quelques paramètres. Aujourd’hui, certains débutent leur apprentissage dès l’âge de six tandis que d’autres attendent d’être plus âgés. En général, un enfant peut commencer à apprendre à jouer de cet instrument à vent dès sa septième année. Pour pouvoir s’initier à la pratique du dispositif, il doit être suffisamment mature. Il doit pouvoir comprendre que certaines règles sont à respecter pour évoluer dans l’apprentissage. Ses dents doivent être complètes, du moins celles de l’avant c’est-à-dire les incisives.

Elles doivent être assez fortes pour supporter la pression exercée lorsqu’il devra souffler dans son instrument. Avec une dentition incomplète, il risque de s’exposer à un mauvais positionnement de ses lèvres, déformant celles-ci et altérant sa pratique. En outre, son corps doit être suffisamment fort et résistant pour qu’il puisse manier aisément et porter sa trompette tout seul. 

 

 

Comment l’ergonomie de l’instrument améliore-t-elle la pratique ?

Le confort est un point important dans l’apprentissage de cet instrument à vent. Qu’il s’agisse d’un enfant ou d’un adulte, optez pour un modèle facile à prendre en main. Un instrument ergonomique optimise l’intérêt d’un joueur à la pratique de la trompette. Si vous avez du mal à choisir parmi la panoplie d’offres disponibles sur le marché, trouvez ici une sélection des meilleurs modèles. Ne vous précipitez pas à acheter le dernier instrument en date. Cherchez celui dont l’ergonomie permet de le porter et de pratiquer sans trop d’effort physique. N’hésitez pas à demander des conseils auprès d’un professeur de musique ou d’un spécialiste des instruments à vent avant d’acheter. 

Pour faciliter l’achat d’un instrument de musique qui correspond au goût du futur propriétaire (surtout si ce dernier est un enfant), emmenez-le avec vous lors de l’achat de sa trompette.

Dans le cas de figure où votre chérubin n’a pas encore atteint l’âge idéal pour jouer de cet instrument à vent, vous pouvez l’orienter vers un cornet à pistons. Ce dernier est plus facile à manipuler et plus ergonomique pour les enfants de bas âge et de petite corpulence. Il pourra toujours se tourner vers une trompette lorsqu’il sera prêt physiquement.

 

Comment améliorer votre jeu de trompette ?

Adulte, jeune ou enfant, la pratique de cet instrument de musique requiert la connaissance de certaines astuces pour ne pas stagner lors de l’apprentissage. Effectivement, de nombreux trompettistes, et précisément les débutants, rencontrent souvent un problème d’amélioration au cours de la pratique d’une trompette. Pour éviter cette situation et constater de réels progrès, vous devez mettre en place de nouvelles habitudes.

 

1-  Adoptez une pratique régulière

Si vous voulez progresser rapidement dans l’apprentissage d’une trompette, vous devez tout d’abord avoir de l’autodiscipline. Cela signifie que vous devez être en mesure de vous instaurer un programme quotidien. Le but est de vous permettre de vous exercer environ 20 minutes par jour au lieu de faire des heures en une journée chaque semaine.

En optant pour une vingtaine de pratiques, vous serez amené à vous échauffer préalablement à votre exercice quotidien. Vous vous habituerez à être opérationnel avant votre apprentissage. Ce qui vous fera gagner plus de temps. Mieux encore, vous pourrez facilement vous souvenir des notes apprises la veille lorsque vous continuez à jouer ledit morceau le lendemain. Pour plus de praticité, offrez-vous une trompette que vous pourrez placer à portée de main. De préférence, optez pour un modèle de qualité qui ne se casse pas facilement.

Les modèles les moins chers ne sont pas toujours les meilleures alternatives même pour débuter. Trouvez le juste milieu pour vous.

 

 

2-  Travaillez votre réflexe et changez de morceau

Pour que vos lèvres, votre corps ainsi que votre colonne d’air puissent véritablement s’habituer à votre trompette, vous devez prioriser la répétition. En vous habituant à vous exercer régulièrement, votre cerveau aura plus de facilité à assimiler et à identifier les différents mouvements. En conséquence, vous aurez plus d’automatismes dans votre jeu et pourrez entamer de nouveaux morceaux facilement.

Une fois que vous avez maîtrisé les phrases musicales de l’ancien morceau, pensez tout de suite à poursuivre votre apprentissage avec un nouveau titre. C’est toujours assez frustrant de débuter un nouvel exercice. Vous devrez tout recommencer depuis le début. Une fois que vous avez pris l’habitude de vous entraîner, vous pourrez facilement vous exercer sur n’importe quel morceau. Pensez à enregistrer votre exercice quotidien avec un dictaphone ou une webcam pour mieux vous auto évaluer.

 

3-  Travaillez votre écoute et déchiffrez votre partition

Pour rendre votre apprentissage plus facile, développez votre capacité d’écoute. Lorsque vous arrivez à reconnaître chaque note simplement en écoutant, vous pourrez facilement maîtriser les mélodies d’un morceau. En conséquence, vous pourrez reproduire les notes avec votre instrument à vent sans avoir à regarder une partition. Le développement de l’ouïe impacte de manière remarquable sur votre progression.

Vous pouvez également apprendre à déchiffrer votre partition. Cette technique vous permet de visualiser les phrases musicales naturellement. Vous pourrez alors leur donner un sens et donc jouer les notes sans trop de difficulté. Pour cela, jouez celles du morceau en ayant bien en mémoire la partition correspondante. En faisant attention à la manière dont vous interprétez la sonorité et le rythme, vous rendrez votre jeu plus vivant. Jouer les notes en maîtrisant votre partition vous permet également de donner des nuances de couleurs et de sons à votre morceau. À ce stade, vous n’aurez aucun mal à attaquer n’importe quel titre. 

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

Nombreux sont ceux qui souhaitent apprendre le violon. Seulement l’apprentissage de cet instrument de musique nécessite l’assimilation de divers cours de la part du joueur. Des informations que la plupart ont du mal à retenir. Si tel est votre cas, trouvez dans cet article quelques points essentiels pouvant vous aider à améliorer votre jeu.

 

1—      Choisissez un violon qui vous correspond

Avant d’apprendre à jouer du violon, vous devez bien choisir celui qui vous est adapté. Il ne suffit pas d’acheter un instrument de musique. Celui que vous allez acquérir doit correspondre à votre goût et à votre budget. Il doit être également facile à manier. En d’autres termes, vous devez pouvoir le prendre en main confortablement. Ne vous laissez pas influencer par les modèles tendance, de marque ou encore de meilleur prix. Offrez-vous celui qui vous donnera toujours envie de continuer malgré la difficulté de votre apprentissage. Trouvez ici une sélection des meilleurs produits.

 

2—      Soyez à l’aise lorsque vous pratiquez

Souvent négligée ou oubliée, la relaxation est un élément très important dans la pratique du violon. Pour que votre jeu soit naturel et fluide, vous devez être détendu. Si vous appréhendez votre apprentissage et doutez avant même de commencer, vous aurez du mal à vous harmoniser avec votre instrument.

L’astuce la plus simple est de respirer. Vous pouvez avoir des difficultés à retrouver entre la position, les doigtés, la lecture de la partition ou encore la vitesse de l’archet. Pour ne pas vous embrouiller, respirez. Vous pouvez par exemple faire des exercices de respiration et d’échauffement avant chaque pratique. Ils optimisent grandement votre relaxation et donc la qualité de votre jeu et du son.

 

 

3—      Prenez le temps de détendre vos épaules

Sachez que votre position impacte grandement sur la qualité de votre jeu. Une mauvaise posture est le meilleur moyen de fausser vos notes. Si vous faites partie des personnes qui ont tendance à avoir le dos voûté, les épaules crispées au fur et à mesure que vous jouez, ne vous attendez pas à ce qu’il y ait une amélioration dans votre manière de jouer.

Pour y remédier, apprenez à vous connaître. L’observation de soi est un bon moyen pour ajuster les postures inadaptées. Vous pourrez déterminer à quel moment vous commencez à vous sentir tendu. En conséquence, vous pourrez vous arrêter, vous détendre en faisant des exercices de respiration. Une fois détendue, remettez-vous à jouer en veillant à baisser vos épaules. Cet exercice peut vous amener à interrompre votre jeu à plusieurs reprises au début. Par contre, plus vous y travaillez sérieusement, plus vite, votre corps adoptera les bons réflexes.

 

4—  Faites des petites pratiques continues

Si vous êtes un débutant, faites de courtes pauses lorsque vous pratiquez. Il vous sera plus facile d’évoluer. Souvent, quand nous commençons à apprendre un instrument de musique, nous avons tendance à vouloir nous améliorer rapidement, que nous passons trop de temps à pratiquer. Cette méthode n’est pas très recommandée.

En effet, jusqu’à ce que vous maîtrisiez les bonnes positions, vous pourrez toujours vous crisper. Ce qui altère la qualité sonore de votre violon ainsi que votre façon de jouer. Résultat, vous ne pourrez pas progresser.

Le mieux est de vous reposer un peu lorsque vous sentez que vous commencez à être tendu. Vous pouvez par exemple le temps d’une pause vous lever pour faire des étirements. Organisez votre emploi du temps pour que vous puissiez jouer 30 à 40 minutes chaque jour ou tous les deux jours au lieu de passer 3 heures à pratiquer en fin de semaine.

 

5—  Positionnez naturellement votre corps sur votre archet

Toujours dans l’optique d’optimiser la qualité de votre posture, prenez en compte la pression que vous mettez sur l’archet. Ainsi, pour que votre archet puisse produire des sons clairs et pleins, vous devez être en mesure de n’y mettre que le poids naturel de votre épaule et de votre corps. Cette posture peut s’avérer difficile si vous avez du mal à vous relaxer. De ce fait, entraînez vos bras et vos mains à se détendre. Prenez le temps de faire un exercice de relaxation pour permettre à votre épaule et votre coude d’être souple et de se positionner naturellement. Une fois cette technique maîtrisée, vous obtiendrez la pression idéale permettant à votre violon d’émettre une bonne sonorité.

 

 

6—      Maintenez bien votre archet avec votre main droite

Pour améliorer le son et vous aider à progresser, vous devez bien placer votre archet c’est-à-dire au centre. Positionnez-le entre le chevalet et la fin de la touche en veillant à ce qu’il soit bien horizontal donc perpendiculaire à vos cordes. Servez-vous d’un miroir pour maintenir cette position. Gardez vos doigts bien posés sur l’archet sans pour autant le serrer. Pensez à vous en procurer un à acheter ou un violon avec cet accessoire que vous pourrez confortablement guider. Si vous avez du mal à choisir, n’hésitez pas à demander des conseils à votre professeur ou à chercher des solutions en ligne.

La vitesse de votre archet impacte sur le son et la qualité de votre jeu. Si vous appuyez trop fort en utilisant un modèle lent, vous risquez de vous retrouver avec une sonorité grinçante. À l’inverse, si vous n’appuyez pas assez fort avec un archet rapide, votre jeu manque de poids. Par conséquent, attendez-vous à ce que le son produit par votre instrument soit saccadé ou trop léger.

 

7—      Faites divers exercices pour le son

Une fois que vous constatez des améliorations au niveau de la qualité sonore de votre instrument de musique, vous saurez alors que vous progressez. Vous pouvez vous améliorer en effectuant quelques exercices faciles et efficaces comme travailler sur des cordes à vide. Cette technique vous permet de vous rendre plus attentif à l’inclinaison et au positionnement de votre archet.

Une autre alternative est de jouer en improvisant. L’improvisation vous permet d’analyser la sonorité et le rythme de votre archet. Pour finir, entraînez-vous sur les gammes. Vous pouvez aussi vous exercer à mémoriser vos partitions. À force de répéter les mêmes notes, vous améliorez votre concentration sur la qualité du son émis par votre violon.

 

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

La clarinette fait partie des instruments de musique les plus appréciés. Elle est également l’un des plus difficiles à apprendre. Heureusement, elle produit des sonorités claires et riches. Pour en jouer, vous devez savoir l’assembler, la maintenir, l’entretenir et reproduire les notes. Voici quelques conseils utiles pour faciliter votre apprentissage.

 

Astuce 1 : S’habituer à tenir une clarinette

Pour progresser dans l’apprentissage de cet instrument de musique, vous devez vous familiariser avec votre clarinette. Il est indispensable que vous puissiez la prendre en main aisément.

 

Étape 1 : Sélectionnez votre clarinette

Avant de débuter, vous devez vous équiper d’un instrument. La panoplie de modèles sur le commerce vous facilitera la tâche. L’apprentissage de cet instrument de musique nécessite du temps et de la passion. Pensez donc à vous offrir un modèle qui convient à votre stature et qui vous donne envie de toujours pratiquer.

Si vous suivez des cours dans une école de musique ou bien dans un conservatoire, optez pour la location. En louant une bonne clarinette, vous économiserez de l’argent. Si au fil du temps, vous changez d’avis et ne souhaitez plus poursuivre votre apprentissage, vous la rendrez tout simplement. Ajouté à cela, vous profitez d’un instrument bien entretenu. Il est plus agréable et plus facile à utiliser.

Vous pouvez commencer votre apprentissage avec un modèle en plastique. Il est facile à entretenir et à jouer. Pensez aussi à vous offrir un instrument à vent doté d’anches medium-soft. Dans le cas de figure où vous possédez une vieille clarinette, commencez par demander à un spécialiste de l’examiner. Il pourra vérifier si les clés et les tampons sont encore en bon état. Si tel n’est pas le cas, votre instrument ne pourra pas émettre une sonorité.

 

 

Étape 2 : Apprenez les pièces composant une clarinette

Savoir assembler cet instrument est essentiel pour bien le maintenir et l’entretenir. Vous devez connaître ses différentes parties. Ainsi, son étui contient un pavillon. Ce dernier compose la première partie de la clarinette. C’est de là que les notes produites sortent. Il est situé à l’extrémité de l’instrument.

Ensuite, le corps de main droite. Il est équipé d’une pièce en liège. Cet élément vous permet de relier le corps inférieur de votre instrument avec son complément structurel. Quant au corps supérieur, il est muni d’une pièce en liège sur chacune de ses extrémités. La synchronisation de ces deux parties du corps se base sur les clés de correspondance.

Enfin, une clarinette est également composée d’un baril et d’un bec. Le barillet est une pièce de 10 centimètres de long. Il dispose d’un côté plus étroit que l’autre. Le baril est à relier au corps. C’est par l’ouverture située à l’extrémité du bec que vous allez souffler pour produire des notes. Il dispose d’un liège sur le côté. En principe, le bec est doté d’une ligature en métallique servant à maintenir l’anche. La clé d’octave vous permet d’aligner le barillet et le bec.

 

Étape 3 : Tenez votre instrument de musique correctement

Le maintien est un élément très important dans l’apprentissage d’une clarinette. Vous devez garder votre corps bien droit et votre tête haute. Pour bien jouer, vous devez tenir votre instrument loin de votre corps. Formez un angle de 45°C. Normalement, son pavillon devrait se trouver près de vos genoux. Rappelez-vous que vous devez ramener votre instrument de musique vers votre bouche et non pas l’inverse.

Ainsi, vous devez positionner sur le corps inférieur votre main droite tout en appuyant votre pouce sur le repose-pouce situé à l’arrière du corps. Sur les clés, vous posez l’auriculaire, l’annuaire, le majeur et l’index. Puis, placez votre main gauche sur le corps de main gauche. Veillez à poser votre pouce sur l’orifice placé près de la clé de l’octave. Celles sur le devant seront prises en charge par les autres doigts.

Prenez l’habitude de poser vos doigts proches des clés même s’ils n’appuient pas dessus. Cela vous permettra de vous remettre rapidement à jouer quand c’est nécessaire.

 

Astuce 2 : Entretenez votre instrument à vent

 

Étape 1 : Bien humecter l’anche de votre clarinette

Pour produire de belles sonorités, vous devez faire attention à la manière dont vous utilisez votre clarinette. Il est indispensable d’humecter l’anche avant de la connecter sur le bec, mais aussi avant de jouer. Vous pouvez utiliser votre salive en la plaçant dans votre bouche. Vous pouvez aussi la mettre dans 3 centimètres d’eau. Jouer avec une anche sèche n’est pas du tout conseillé. Votre instrument aura du mal à produire des notes.

Pour vos débuts, optez pour des anches soft, médium-soft ou vraiment souples de 1 à 2 ½. Vous pourrez en changer lorsque vos lèvres seront habituées à prendre une meilleure position. Si vous suivez des cours avec l’aide d’un professeur, vous pouvez lui demander quand vous pouvez utiliser des anches plus dures.

 

Étape 2 : Nettoyez votre instrument régulièrement

Après chaque séance d’exercice ou chaque concert, vous devez impérativement démonter les pièces composant votre clarinette et les nettoyer avec soin. L’objectif est d’enlever toute humidité pouvant être laissée par votre salive. Servez-vous de votre kit de nettoyage. Munissez-vous de coton-tige pour bien retirer les salives s’incrustant dans les points de clés et de jonction. Munissez-vous d’une graisse spécialement conçue pour les lièges pour les graisser de façon régulière. Veillez à ne pas trop en mettre.

 

 

Astuce 3 : Adoptez les bonnes positions pour améliorer votre jeu

La qualité et la justesse des sonorités produites par votre instrument sont fonction de l’embouchure. En d’autres termes, de la manière dont vous placez votre bouche sur le bec. Vous ne devez donc pas la crisper.

Ensuite, servez-vous de votre lèvre supérieure pour entourer le bec. Vous devez faire attention à ce qu’il n’y ait aucune fuite d’air. Vous devez vous entraîner à envoyer l’air dans votre bouche en évitant que vos joues se gonflent.

À présent, essayez de produire une note en soufflant dans votre clarinette. Soufflez suffisamment fort et ressentez la quantité d’air expulsée pour émettre un son continu.

 

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

Vous souhaitez enrichir votre répertoire musical ou vous avez simplement envie d’apprendre un instrument de musique ? La clarinette constitue un choix intéressant. Son apprentissage doit se faire avec réflexion. Jouer avec une clarinette est plus complexe qu’un piano ou une guitare, mais présente des avantages considérables. Les voici.

 

1- Un instrument de musique à grande tessiture

Cet instrument à vent se démarque des autres par sa tessiture. En jouer vous permet de découvrir des sonorités riches et agréables. Les clarinettes sont les instruments parfaits pour produire des aigus puissants et des graves très bas. Les sons qu’elle produit sont plus impressionnants que ceux dégagés par un trombone ou une flûte traversière.

Depuis son apparition au XVIIe siècle, cet instrument de musique continue de s’intégrer naturellement dans les différentes cultures des époques qui se sont succédé. On le rencontre dans divers styles de musiques allant du Jazz aux airs traditionnels. Certains pays l’ont carrément adopté pour leur genre de musique en particulier, comme c’est le cas du nord de l’Espagne, de la Turquie et du Yiddish.

 

2- De sonorités uniques et magnifiques

Cet instrument à vent se distingue également par la qualité sonore qu’il produit. La clarinette est connue pour l’unicité du son que son couple anche délivre à chaque souffle. De plus, sa perce cylindrique est superbe vous permettant d’émettre ses notes fascinantes. Grâce à sa tessiture imposante équipée de quatre registres ainsi que de quatre octaves, cet instrument vous garantit une magnifique expressivité. Il peut produire différentes tenues de sons allant des plus fines aux plus flamboyantes.

Une clarinette est l’instrument parfait pour profiter de somptueux effets. Elle vous permet de réaliser du growl, du slap ou encore du glissando. Cet instrument de musique permet d’émettre des sons multiphoniques.

Dès l’instant où vous découvrez son timbre, l’étendue de son registre, sa sonorité unique ainsi que son côté très expressif, vous saurez pourquoi vous choisissez d’apprendre à en jouer. La clarinette est le meilleur instrument permettant à votre âme de s’exprimer librement.

 

 

3- Un instrument facile à transporter

Si vous voyagez souvent, la clarinette est faite pour vous. Elle est hyper pratique pour les musiciens qui se déplacent fréquemment. C’est un matériel démontable. Vous pouvez démonter chaque pièce qui le compose après votre concert ou votre cours de clarinette pour faciliter son transport.

Il vous suffit de les assembler lorsque vous devez jouer. Comme vous pouvez le constater, cet instrument à vent peut vous accompagner partout où vous allez. Vous pouvez l’emmener lors de vos vacances ou simplement pour mettre un peu d’ambiance à une soirée amicale chez des amis.

 

4- Un instrument de musique simple à explorer

Que vous nagiez déjà dans l’univers de la musique ou que vous l’intégriez pour la première fois, la clarinette est un instrument que vous pouvez facilement prendre en main. À la différence de nombreux autres types, elle vous permet d’explorer différentes sonorités une fois que vous maîtrisez la base.

Dans l’apprentissage de cet instrument à vent, le plus difficile est de maintenir la clarinette et de produire une note. Dès l’instant où vous maîtrisez votre souffle et que vous connaissez la clé du sol, vous prendrez du plaisir à jouer de cet instrument. Comme tout musicien qui se respecte, les clarinettistes peuvent facilement et rapidement progresser dès qu’ils maîtrisent la base.

 

5- Un apprentissage en autodidacte

Cet instrument est assez complexe et il n’est pas aisé de produire des notes vraies et agréables à l’oreille. Il est important qu’une personne expérimentée vous guide et vous aide à trouver l’intensité du souffle requise pour permettre à votre instrument de produire des sons. Ainsi, l’accompagnement d’un professeur est recommandé surtout pour vos débuts dans l’apprentissage d’une clarinette.

Notons toutefois qu’il est parfaitement possible d’apprendre cet instrument de musique seul. Cela exige de la patience et de la persévérance. Si vous remplissez ces conditions, il vous suffit de vous procurer des matériels d’apprentissage comme les livres, les leçons en vidéo… . De plus, de plus en plus de professionnels proposent des formations gratuites ou peu onéreuses via des PDF, des sites, et des tutoriels.

 

6- Un instrument de musique : un outil de communication

Ce qui est bien avec une clarinette, c’est qu’elle est souvent utilisée pour accompagner d’autres instruments. C’est pourquoi nous la rencontrons habituellement dans le monde du Jazz. Cela signifie que maîtriser cet instrument vous permet d’intégrer facilement un groupe d’arrangeurs. Vous n’aurez donc aucun mal à jouer en harmonie avec les autres musiciens qui vous entourent.

L’apprentissage de cet instrument vous permet de développer votre relation, mais également d’améliorer la manière dont vous tissez des liens avec les autres. Les clarinettistes sont des personnes sociables et qui aiment communiquer. Ils s’adaptent aux changements et à tous types d’ambiances.

 

 

7- Un instrument de musique pour tous

Enfant, jeune ou adulte, cet instrument à vent est adapté aux personnes de tout âge. Quel que soit le vôtre, sachez qu’il n’est jamais trop tard ou trop tôt pour apprendre à jouer un instrument de musique. Les clarinettistes amateurs se diffèrent uniquement au niveau de la façon dont ils appréhendent leur apprentissage. Ainsi, différentes catégories de cours sont proposées par les professionnels. Il y en a même pour les enfants et les jeunes. Il est ouvert à tous ceux qui ont sept ans et plus. Ensuite, les cours pour adultes rassemblent les personnes âgées de 20 à 50 ans. Enfin, les cours pour seniors adaptés aux 60 ans et plus.

 

8- Apprendre une clarinette, c’est apprendre à son rythme

Que vous soyez un débutant ou un professionnel, la plupart des écoles de musique proposent des cours adaptés au niveau de chacun et utilisent des pédagogies attractives pour les élèves. De plus, les clarinettistes amateurs ont le choix entre un professeur particulier à domicile ou suivre des cours dans un conservatoire de musique. Si le premier vous aide à apprendre à jouer suivant votre rythme et votre disponibilité, le second vous donne la possibilité de découvrir à la fois les cours théoriques et pratiques ainsi que les auditions tout en visant un objectif précis.

 

 

Dernière mise à jour: 29.11.21

 

La version moderne de la clarinette a vu le jour en Europe vers le XVIIIe siècle. Cet instrument à vent se distingue par sa tessiture claire et douce. Elle est jouée dans le Jazz et la musique classique. Son apprentissage débute par son assemblage. Si vous êtes un jeune apprenti et avez du mal avec son montage, voici comment faire.

 

Reconnaître chaque élément composant la clarinette

Avant d’apprendre à monter une clarinette, identifiez chaque partie la composant. Pour cela, débutez par l’ouverture de l’étui. Votre instrument est en principe constitué de quatre éléments qui sont reliés par des jointures de liège et d’un bec composé de plusieurs petites pièces.

La partie basse est en forme de cloche ou de cône. C’est le pavillon. La clarinette est en grande partie constituée du corps du bas. Ce dernier est doté d’une bague de métal en haut constituant le point central de cet instrument à vent et d’une connexion en liège en bas. Quand vous l’orientez, son côté droit est équipé de clés en métal et d’une clé de correspondance orientée vers le corps du haut. Celui-ci se particularise par ses deux connexions en liège, les tenons.

Le corps du haut est muni de clés gauches. Il est plus court que celui du bas. En l’orientant, vous verrez qu’il y a une clé de correspondance passant au-dessus du point de liaison se trouvant en bas et de l’espace entre le sommet du corps du haut et les clés. Ladite clé sera liée au bec.

Le bec et la jointure du haut sont liés par un petit élément appelé barillet ou baril. Attention, ce dernier n’est pas muni de clés. Généralement, vous y trouvez la marque de votre clarinette. Quant au bec, il est composé par une embouchure noire ainsi qu’une ligature permettant de maintenir l’anche. Vous pouvez trouver des modèles de clarinettes dotés d’un couvre-bec métallique protégeant le bec.

 

 

Relier le pavillon au corps du haut

Il n’y a pas de manière spécifique pour assembler les parties de cet instrument à vent. Par contre, la plupart des joueurs ont l’habitude de commencer par le pavillon. Quelle que soit la technique que vous utilisez, cela n’impacte pas sur la sonorité. En d’autres termes, la qualité du son ne sera pas meilleure ou bien plus mauvaise. Sachez toutefois que lors de l’assemblage, vous devez penser à terminer avec le montage avec le bec.

Pour faciliter l’assemblage de votre clarinette, il est conseillé de graisser chaque liège raide de votre instrument. En général, la graisse est présentée dans un tube ayant la forme d’un baume à lèvres. Dans le cas où vous ne pouvez pas vous en procurer, la vaseline peut aussi faire l’affaire.

Pour monter votre clarinette, le mieux est de débuter par l’assemblage du pavillon et de remonter petit à petit vers le haut. Pour ce faire, commencez par glisser le pavillon tout en douceur. Poussez-le avec fermeté tout en le tournant. Faites attention à bien tenir le corps du bas avec votre main.

 

Raccorder le corps du haut et du bas

Servez-vous des clés de correspondance pour connecter le corps du bas à celui du haut. Assurez-vous de tenir chacune des parties parallèlement au sol. Orientez et alignez les grosses clés de correspondance. Emboitez ces deux éléments en faisant un mouvement rotatif. Pour y arriver, prenez soin d’aligner les clés de correspondance et abaisser le clapet du haut. Ce dernier est situé juste au-dessus celui du bas. À présent, assemblez-les solidement.

Utilisez votre main droite pour tenir le corps du bas par le haut vers le bas. Mettez votre main en dessous des clés situées au-dessus et au milieu des deux autres qui sont plus grosses. Celles-ci sont plates. Vous pourrez donc l’abaisser aisément sans avoir peur de les tordre. Ensuite, poursuivez en tenant avec votre main gauche le corps du haut. Pour y parvenir, enroulez vos doigts autour du gros anneau et de l’instrument. Normalement, la correspondance devrait se soulever lorsque vous n’appuyez pas dessus. Assurez d’avoir bien aligné chaque pièce de votre instrument.

La prochaine étape est l’emboitement du baril. Il suffit de le placer sur le corps du haut. Cette pièce vous permet d’accorder votre clarinette, de la rallonger ou la rendre plus courte.

 

 

Poursuivre avec le montage du bec

La première chose à faire est d’humidifier l’anche en immergeant la partie la plus épaisse appelée « talon » dans trois centimètres d’eau. Cette étape doit être effectuée avant l’assemblage. En principe, l’eau monte du talon jusqu’à la pointe. Quand l’humidification atteint le milieu de l’anche, vous la sortez de l’eau et séchez son extrémité. Cela fait, vous pouvez vérifier la résonnance de votre instrument en faisant plusieurs tests de saturation de l’anche. Si possible, préférez l’humidification avec l’eau plutôt qu’avec votre bouche. De nombreux joueurs ont pris l’habitude de mettre les anches dans la bouche pour les humidifier.

La seconde étape consiste à aligner la pointe du bec et celle de l’anche. Pour un bon alignement, servez-vous de vos doigts pour tenir cette dernière et la déplacer progressivement jusqu’à qu’elle se place contre l’ouverture du bec. Étant donné que chaque anche diffère et a ses « préférences », il n’est pas souvent facile de trouver le placement parfait. Vous pouvez y remédier en la maintenant avec votre pouce tout en soufflant dedans. Lorsque vous êtes satisfait du résultat, fixez la ligature.

Attention, il est interdit de taper sur la pointe de l’anche. De la même manière, évitez de toucher le devant. Ses pores sont très délicats. Par conséquent, ils doivent être protégés de toutes saletés pour être jouables. Lorsque vous placez la ligature en métal sur le haut du bec, faites attention à ne pas écorner votre anche. Pour y parvenir, vous pouvez vous référer aux deux traits gravés sur le bec de votre clarinette. Terminez votre assemblage en emboitant le bec sur le baril. En l’orientant, vous constaterez que l’anche se trouve du côté opposé des clés de votre instrument à vent. Si tel est le cas, le montage de votre clarinette est achevé.